Le Valais va mieux protéger vignes et vergers

AgricultureLe Grand Conseil valaisans a tiré les leçons des gros gels d'avril 2017 qui ont durement frappé le vignoble et les vergers et va moderniser son système d'irrigation par aspersion.

Le système d'irrigation par aspersion lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été.

Le système d'irrigation par aspersion lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le gel destructeur d'avril 2017, le Valais a décidé de moderniser son système d'irrigation par aspersion. A Fully, un système de pompage centralisé remplace vingt puits individuels, a indiqué jeudi le canton.

Après les gros gels d'avril 2017 qui ont durement frappé le vignoble et les vergers valaisans, le Grand Conseil a octroyé un crédit-cadre de 35,2 millions de francs pour renforcer les moyens de lutte. Le canton a décidé de continuer à miser sur le système d'irrigation par aspersion qui lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été, mais de le moderniser.

Il s'agit de troquer les vieilles pompes au diesel par des pompes électriques plus propres, plus fiables et avec un meilleur rendement, et de supprimer les pompages d'eau individuels par des pompages collectifs. Cinq projets ont d'ores et déjà été réalisés pour une valeur de 2,7 millions de francs.

Sur un seul bouton

Parmi les projets déjà concrétisés figure le système de pompage centralisé réalisé dans un bassin existant à Fully. Il remplace vingt puits individuels et permet d'irriguer d'un seul tenant et en appuyant sur un seul bouton 35 hectares détenus par 40 propriétaires.

Le nouveau système centralisé permet de gérer de manière collective les ressources en eau et donc de bien gérer la quantité d'eau disponible. Il permet aussi de répartir l'eau équitablement, de manière uniforme sur un seul périmètre, évitant ainsi d'éventuels conflits entre propriétaires, a précisé à Keystone-ATS Laurent Maret, chef de l'office des améliorations structurelles au service cantonale de l'agriculture.

Le projet de Fully a coûté un million de francs environ. La moitié de la somme est prise en charge dans le cadre de l'accompagnement agricole de la 3e correction du Rhône, 30% par la commune, le canton et la Confédération dans le cadre des améliorations structurelles et le reste est assumé par les propriétaires.

20 millions de francs

Quinze autres projets du même type sont planifiés, dont certains devraient être réalisés dès cet automne. Ils concernent au total 920 hectares de terrains et coûteront 20 millions de francs environ.

Les collectivités publiques paient uniquement les conduites principales du système d'irrigation. Les secondaires sont à la charge des propriétaires de parcelles, ce qui représente un coût non négligeable, souligne Laurent Maret. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2019, 14h17

Articles en relation

Vendanges 2018: quantité et qualité record

Suisse La belle santé des grappes comme leur haute teneur en sucre promettent un millésime 2018 remarquable. Plus...

Les vergers menacés de gel en Valais

Météo La nuit de jeudi à vendredi s'annonce particulièrement délicate pour les vergers valaisans car le thermomètre devrait descendre en dessous de zéro. Plus...

Les vendanges 2017 vont souffrir de la météo

France Les gels du printemps vont pénaliser la cuvée 2017 et les volumes de vin pourraient être «historiquement bas», selon les autorités françaises. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.