Passer au contenu principal

Le Valais va mieux protéger vignes et vergers

Le Grand Conseil valaisans a tiré les leçons des gros gels d'avril 2017 qui ont durement frappé le vignoble et les vergers et va moderniser son système d'irrigation par aspersion.

Le système d'irrigation par aspersion lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été.
Le système d'irrigation par aspersion lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été.
Keystone

Après le gel destructeur d'avril 2017, le Valais a décidé de moderniser son système d'irrigation par aspersion. A Fully, un système de pompage centralisé remplace vingt puits individuels, a indiqué jeudi le canton.

Après les gros gels d'avril 2017 qui ont durement frappé le vignoble et les vergers valaisans, le Grand Conseil a octroyé un crédit-cadre de 35,2 millions de francs pour renforcer les moyens de lutte. Le canton a décidé de continuer à miser sur le système d'irrigation par aspersion qui lutte contre le gel l'hiver et le printemps, puis contre la sécheresse l'été, mais de le moderniser.

Il s'agit de troquer les vieilles pompes au diesel par des pompes électriques plus propres, plus fiables et avec un meilleur rendement, et de supprimer les pompages d'eau individuels par des pompages collectifs. Cinq projets ont d'ores et déjà été réalisés pour une valeur de 2,7 millions de francs.

Sur un seul bouton

Parmi les projets déjà concrétisés figure le système de pompage centralisé réalisé dans un bassin existant à Fully. Il remplace vingt puits individuels et permet d'irriguer d'un seul tenant et en appuyant sur un seul bouton 35 hectares détenus par 40 propriétaires.

Le nouveau système centralisé permet de gérer de manière collective les ressources en eau et donc de bien gérer la quantité d'eau disponible. Il permet aussi de répartir l'eau équitablement, de manière uniforme sur un seul périmètre, évitant ainsi d'éventuels conflits entre propriétaires, a précisé à Keystone-ATS Laurent Maret, chef de l'office des améliorations structurelles au service cantonale de l'agriculture.

Le projet de Fully a coûté un million de francs environ. La moitié de la somme est prise en charge dans le cadre de l'accompagnement agricole de la 3e correction du Rhône, 30% par la commune, le canton et la Confédération dans le cadre des améliorations structurelles et le reste est assumé par les propriétaires.

20 millions de francs

Quinze autres projets du même type sont planifiés, dont certains devraient être réalisés dès cet automne. Ils concernent au total 920 hectares de terrains et coûteront 20 millions de francs environ.

Les collectivités publiques paient uniquement les conduites principales du système d'irrigation. Les secondaires sont à la charge des propriétaires de parcelles, ce qui représente un coût non négligeable, souligne Laurent Maret.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.