Le Valais ne veut pas d'un centre de requérants

AsileLe Conseil d'Etat s'oppose à la Confédération et estime que le site de Dailly dans le canton de Vaud est le mieux adapté.

Le Valais ne veut pas de centre de requérants d'asile à Martigny ou à Tourtemagne.

Le Valais ne veut pas de centre de requérants d'asile à Martigny ou à Tourtemagne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement valaisan ne veut pas d'un centre de requérants d'asile à Martigny (VS) ou à Tourtemagne (VS) comme le souhaiterait la Confédération. Il estime que le site de Dailly (VD) est le mieux adapté.

Le Valais «n'est pas opposé à apparaître éventuellement dans la planification comme lieu de réserve stratégique», écrit mercredi le gouvernement cantonal dans sa réponse à la consultation fédérale. Mais l'exécutif cantonal rejette les options de Martigny et de Tourtemgane évoqués dans le plan sectoriel asile mis en consultation.

Le Conseil d'Etat soutient les deux communes opposées à l'implantation d'un centre fédéral pour requérants d'asile sur leur territoire. Ce futur centre fédéral doit être implanté à Dailly, estime l'exécutif valaisan. Cette solution pour les requérants que doivent accueillir les cantons de Vaud et du Valais est le fruit d'une entente entre les deux cantons. Elle est soutenue par les autres cantons romands, précise le gouvernement valaisan.

Communes peu adaptées

La commune de Martigny recense déjà 30% de population étrangère. Elle met à disposition une aire d'accueil pour les gens du voyage et s'implique fortement dans l'accueil de réfugiés. L'arrivée de requérants d'asile supplémentaires représenterait «une contrainte supplémentaire qui n'est pas acceptable», écrit le gouvernement.

Tourtemagne est de son côté une commune agricole de moins de 1000 habitants. Selon l'exécutif valaisan, l'implantation d'un centre fédéral de requérants de 250 places provoquerait «des défis de sécurité, d'intégration et de cohésion sociales démesurés pour une si petite localité».

Le Conseil d'Etat valaisan se dit «prêt à assumer sa part de responsabilité dans la planification sectorielle de l'asile». Le canton se définit comme un «lieu éventuel de réserve stratégique à définir en collaboration avec tous les acteurs concernés». Il accepterait la mise en place d'un centre de manière provisoire en cas d'éventuelles arrivées massives de migrants en Suisse. (ats/nxp)

Créé: 28.06.2017, 10h59

Articles en relation

Requérants logés dans des conteneurs à Bienne

Asile Quelque 200 demandeurs d'asile pourraient être hébergés dans des équipements préfabriqués, aux Champs-de-Boujean, à Bienne (BE). Plus...

Une altercation entre requérants vire au drame

Brugg (AG) Une patrouille, alertée, a trouvé un homme grièvement blessé sur un parking, entouré par des compatriotes. Plus...

L'accueil des requérants passé à la loupe

Suisse La façon dont sont traités les demandeurs d'asile dans les centres fédéraux sera contrôlée dès juin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.