Au Val-de-Ruz, l’orage dévastateur a causé la mort d’une Vaudoise

IntempériesLa commune neuchâteloise est encore sous le choc. Une personne a succombé lundi à ses blessures. Reportage.

La vague de 1 mètre de haut qui a déferlé ce week-end sur les villages de Dombresson et Villiers (NE) laissera des traces indélébiles.

La vague de 1 mètre de haut qui a déferlé ce week-end sur les villages de Dombresson et Villiers (NE) laissera des traces indélébiles. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La passagère qui était restée coincée dans sa voiture, prise au piège par la vague de 1 mètre de hauteur, est décédée à l’Hôpital de l’Île, à Berne. Cette jeune grand-maman de 58 ans était domiciliée à Morges, selon les informations de nos confrères du matin.ch. De retour d’un concert dans le Jura bernois, cette choriste vaudoise avait choisi d’emprunter cette bucolique route sinueuse plutôt que de faire un détour par Bienne ou La Chaux-de-Fonds. Dans la descente de Dombresson (NE), les secouristes n’ont pas remarqué sa petite voiture tout de suite. Frigorifiée et victime de multiples fractures, la malheureuse a été héliportée vers la capitale. Son état s’est d’abord stabilisé avant de s’aggraver définitivement.

Ce lundi après-midi, le soleil de plomb contraste absolument avec les images du week-end. Il y a encore deux jours, la vision était cauchemardesque tant les orages, dans la nuit de vendredi à samedi, ont saccagé la partie sud du Val-de-Ruz. Les citoyens ont le visage meurtri par ce «mauvais coup du ciel», nous balance un retraité encore en train de pomper l’eau dans sa cave. Les pompiers, les voiries, les habitants, des amis venus prêter main-forte s’efforcent d’effacer les traces de cet affreux week-end. Des bennes entières sont remplies d’objets de tous les jours qui ne serviront plus jamais. Les trottoirs débordent.

Des souvenirs marquants

Nous croisons Sébastien, un trentenaire en train d’entasser des cartons dans son garage. Vendredi, soir du terrible orage, il fêtait son anniversaire avec sa petite famille dans son appartement du rez-de-chaussée d’un récent locatif. Il est encore très ému. «Je suis sorti avec mes filles de 20 mois et 5 ans à bout de bras. L’eau était si froide. Je ne sais pas comment j’ai eu la force d’atteindre le hangar des pompiers. Je ne souhaite ça même pas à mon pire ennemi. Si on ne l’a pas vécu, on ne peut pas imaginer. Nous avons tout perdu.» En attendant de retrouver un appartement, Sébastien et sa famille logent chez les beaux-parents.

Autre victime de la crue démentielle: Annick. Cette artiste a perdu toutes ses aquarelles qui devaient être prochainement exposées dans une galerie neuchâteloise. L’eau a tout détruit dans sa cave. «C’était un vrai fleuve, témoigne-t-elle. Impressionnant! J’observais de ma fenêtre, je n’avais jamais rien vu de tel. Le climat part dans tous les sens. En une fraction de seconde, on peut être rayé de la carte. Parfois, on voit ça à la télévision, on compatit et puis on oublie. Ici, on n’oubliera plus.» Son voisin François met en avant la belle solidarité qui s’est naturellement mise en place dans le village. «Même si cela fait drôle de voir qu’un tel phénomène météo peut se produire à 800 mètres d’altitude, c’est une catastrophe naturelle, alors on doit l’accepter.»

Nous remontons la rue la plus touchée de Dombresson. Dans tous les coins des maisons, on s’affaire à trier et à effacer au maximum les traces de l’événement. Habitante d’un des immeubles les plus touchés, Pascale a les mains pleines de boue lorsque nous l’approchons: «La scène de vendredi était surréaliste, c’était un vrai lac en mouvement. Le jardin était totalement recouvert. C’est toujours la nature qui gagne, on le sait. Mais on l’a peut-être oublié. Finalement, on y passe tous, à des degrés plus ou moins élevés.» Et l’habitante de Dombresson de rester philosophe: «C’est sûrement l’occasion de faire le tri que l’on rechigne à faire.»

D’innombrables dégâts

Pour les seuls villages de Dombresson (1731 habitants) et Villiers (549 habitants), les dégâts atteignent les huit chiffres. Quelque 300 cas ont d’ores et déjà été déclarés. Jean-Michel Brunner, directeur de l’Établissement cantonal d’assurance et de prévention, estime qu’il faudra débourser près de 10 millions de francs. Le Seyon en crue a tout ramassé sur son passage, y compris des dizaines de véhicules. Les bâtiments, eux, ont été largement affectés par la coulée de boue. Trois ou quatre immeubles, dont les sous-sols restent inondés, sont toujours privés d’eau et d’électricité. Les autorités communales attendent l’expertise de l’hydrogéologue cantonal quant à la situation de la nappe phréatique. Jugés problématiques, plusieurs autres bâtiments, dans les deux villages, ont dû se déconnecter du réseau électrique. La situation devrait revenir à la normale dans un court laps de temps. Par contre, la route entre Villiers et Le Pâquier, dont la vision cataclysmique restera encore longtemps dans les mémoires, restera fermée jusqu’à nouvel avis, la sécurité n’étant pas garantie.

Créé: 24.06.2019, 20h27

«On voit ça à la télé, on compatit et puis on oublie. Ici, on n’oubliera plus»

Annick, artiste, habitante de Dombresson

«Je suis sorti avec mes fillettes à bout de bras. L’eau était si froide»

Sébastien, père de deux filles, habitant de Dombresson

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.