Le Vatican accusé d'avoir violé le droit international

Abus sexuelsÀ Genève, des victimes d'abus sexuels du clergé argentin ont accusé le Vatican et le pape de violations du droit international.

Le pape se voit reprocher de ne pas avoir collaboré avec la justice sur l'attitude pendant des décennies d'au moins vingt religieux, actifs dans une institution pour malentendants en Italie et en Argentine. (Photo d'archives)

Le pape se voit reprocher de ne pas avoir collaboré avec la justice sur l'attitude pendant des décennies d'au moins vingt religieux, actifs dans une institution pour malentendants en Italie et en Argentine. (Photo d'archives) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois malentendants, victimes d'abus sexuels du clergé en Argentine, et leurs avocats ont accusé le Vatican devant plusieurs acteurs onusiens à Genève de violations du droit international. Le pape François est mis en cause par une association internationale.

«Le Vatican doit se rendre à l'évidence», a fait remarquer mercredi devant la presse l'un des rescapés, à la veille de réunions à Rome. «Nos droits doivent être reconnus», a affirmé un autre.

Le chef du Vatican «savait» depuis plusieurs années et «protège» les responsables, a accusé de son côté le porte-parole d'Ending Clergy Abuse («Mettre un terme aux abus du clergé», ECA), Peter Isely. Le pape se voit reprocher de ne pas avoir collaboré avec la justice sur l'attitude pendant des décennies d'au moins vingt religieux, actifs dans une institution pour malentendants en Italie et en Argentine.

Après des révélations en 2016 dans le pays du pape, un procès a eu lieu fin novembre dernier. Deux prêtres ont été condamnés jusqu'à 45 ans de prison et deux procès sont encore attendus. La délégation venue à Genève demande des réparations.

Une «torture» systématique

Les avocats accusent le Vatican d'avoir violé au moins deux conventions internationales. Malgré des demandes en 2017, le procureur s'est vu refuser par celui-ci l'accès à de possibles preuves. Plus de 200 victimes ne savent pas qui les a abusées, selon les avocats.

A Rome, les participants vont demander davantage d'accès aux données du Vatican, après un aménagement annoncé par celui-ci. De leur côté, aussi bien l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) que le vice-président d'une association romande, Jean-Marie Fürbringer, lui-même abusé par un membre du clergé en Suisse, ciblent une «torture» systématique à l'égard de ces personnes.

«C'est un problème mondial», a affirmé le secrétaire général de l'OMCT Gerald Staberock qui veut une réponse internationale à l'ONU. La délégation a également mené une discussion avec le Comité contre la torture. (ats/nxp)

Créé: 20.02.2020, 00h20

Articles en relation

Très rare rencontre entre Pékin et le Vatican

Diplomatie Pour la première fois depuis au moins 60 ans, les ministres des Affaires étrangères de la Chine et du Vatican se sont rencontrés samedi. Plus...

Le recours du cardinal Pell examiné en mars

Australie La Haute cour d'Australie avait jugé recevable le dernier recours possible de l'ex-numéro 3 du Vatican, condamné pour pédophilie. Plus...

Polémique: le secrétaire de Benoît XVI écarté

Vatican Après la publication d'un livre polémique sur le célibat des prêtres, un proche du pape émérite a été «mis en congé». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.