Vaud tacle Genève pour l’élection au Conseil fédéral

Candidature féminineLa candidature d’un homme, fût-il Pierre Maudet, est jugée inopportune par le président du Groupe PLR latin, Olivier Feller.

Olivier Feller

Olivier Feller Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La course à la succession Burkhalter entre dans une phase décisive. Après la candidature unique tessinoise d’Ignazio Cassis, les candidats genevois au Conseil fédéral doivent se déclarer au plus tard ce vendredi à midi. Christian Lüscher, vice-président du PLR, vient de jeter l'éponge. Le conseiller d’Etat Pierre Maudet reste pratiquement le seul papable. Mais cela sent déjà le roussi.

Un jour avant la date fatidique, un conseiller national vaudois, par ailleurs président du groupe latin PLR, savonne préventivement la planche d’une candidature genevoise. «Il n’y a pas grand-chose qui parle en faveur d’une candidature homme en Suisse romande», déclare Olivier Feller au Tages-Anzeiger. Selon lui, une candidature femme s’impose désormais pour la Romandie. Et comme par hasard, les deux seules candidates intéressées à cette course, la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro et la conseillère nationale Isabelle Moret, sont… Vaudoises.

«Je constate d’abord qu’il y a un mouvement de fond dans le monde politique et médiatique, partout dans le pays, en faveur d’un candidat tessinois»

Alors Monsieur Feller, on prêche pour sa paroisse vaudoise et on scie la concurrence genevoise? Interpellé, l’élu s’en défend. «Je constate d’abord qu’il y a un mouvement de fond dans le monde politique et médiatique, partout dans le pays, en faveur d’un candidat tessinois. Je vois ensuite que les Suisses alémaniques sont très respectueux des minorités et prêts à laisser trois sièges sur sept aux Latins. La seule façon pour la Romandie de rester dans la course et de ne pas jouer les simples alibis face à Cassis, c’est de présenter une candidature féminine. Ce critère est devenu d’autant plus important depuis l’annonce du départ de Doris Leuthard.»

Olivier Feller ne veut donc pas qu’on lui fasse un mauvais procès. «Surtout qu’il n’y a toujours pas de candidat genevois officiellement déclaré, un jour avant la clôture des inscriptions», note-t-il avec une pointe de perfidie. A Genève, le conseiller national Benoît Genecand reconnaît que le PLR vaudois joue bien le coup en imposant sans l’air d’y toucher une candidature féminine romande. «Feller se montre plus Vaudois que président latin du groupe dans cette affaire». Mais le Genevois essaie de desserrer l’étau. «Il y a une candidature excellente, celle de Pierre Maudet. J’espère vraiment qu’il va se présenter et qu’il puisse figurer sur un ticket PLR à trois avec Cassis et une candidate femme. Cette formule permettrait de donner un large choix à l’Assemblée.» Si Pierre Maudet renonce Benoît Genecand se dit prêt à se lancer dans la course!

Pas de guerre valdo-genevoise

Maudet candidat? Un élu vaudois, qui veut rester anonyme, ricane. «Il n’a aucune chance. Quand le Parlement, qui ne le connaît pas, va s’apercevoir que c’est un euroturbo et qu’il régularise en masse des clandestins avec l’opération Papyrus, ce sera fini.» La guerre valdo-genevoise n’aura cependant pas lieu. Un conseiller national genevois, Roger Golay (MCG), se montre tout aussi pessimiste sur les chances de Pierre Maudet. «C’est exceptionnel de se faire élire au Conseil fédéral sans avoir été parlementaire à Berne. Et puis, Maudet a braqué l’UDC avec l’opération Papyrus et son projet d’armée professionnelle à 20 000 hommes». Roger Golay est en revanche tout feu tout flamme pour la candidature de… la Vaudoise Isabelle Moret, «qui connaît très bien ses dossiers».

Retour d’ascenseur vaudois avec le chef de groupe parlementaire PS Roger Nordmann. Ce dernier ne chante pas les louanges d’une candidature féminine de son canton. Il estime que «les candidats genevois gardent toutes leurs chances et que les auditions seront déterminantes». Un geste désintéressé? Pas sûr. Une conseillère fédérale PLR vaudoise, après l’élection de l’UDC Guy Parmelin, tuerait toute chance pour un PS Vaudois de succéder à Alain Berset dans quelques années.

Créé: 03.08.2017, 16h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.