La Vaudoise Isabelle Moret sera la voix des hôpitaux suisses

Santé publiqueLa libérale-radicale vaudoise va prendre la présidence d’H +, l’association faîtière des hôpitaux suisses.

La Vaudoise Isabelle Moret présidera l'association H +.

La Vaudoise Isabelle Moret présidera l'association H +. Image: Jean-Bernard Sieber/ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle quittera tout prochainement la vice-présidence romande du PLR suisse. Mais n’attendez pas d’elle qu’elle s’efface dans l’ombre. Isabelle Moret s’apprête à prendre la présidence de H+, l’association faîtière des hôpitaux, cliniques et établissements de soins publics et privés suisses. Un poste de poids dans le domaine de la santé publique, puisque H+ représente pas moins de 236 établissements et 185?000 personnes actives dans tout le pays. Et surtout 40% des coûts dans le domaine de l’assurance de base.

Et c’est d’ailleurs cela qui a décidé la Vaudoise à dire oui aux sollicitations de H+, elle qui avait toujours refusé de porter les couleurs d’un lobby de la santé à Berne. «C’est totalement différent des caisses maladie! H+ représente tous les hôpitaux. Ce sont aussi bien les cliniques privées que les grands hôpitaux universitaires, comme le CHUV et les HUG. Les intérêts des uns et des autres sont parfois divergents. Cela nous oblige à prendre de la hauteur dans le domaine de la santé, qui me passionne», s’enthousiasme Isabelle Moret, qui décline déjà ses combats prioritaires à la tête de l’association: la maîtrise des coûts et la qualité des soins.

«J’aurai vraiment l’occasion de m’investir dans le concret, de mettre les mains dans le cambouis en visant l’intérêt du patient et de l’assuré»

«C’est là qu’il faut agir si on veut lutter contre l’explosion des primes maladie. J’ai toujours défendu le libre choix du patient. Mais, pour cela, il faut être transparent sur la qualité des soins. La branche doit évoluer dans cette direction. Avec H+, j’aurai vraiment l’occasion de m’investir dans le concret, de mettre les mains dans le cambouis en visant l’intérêt du patient et de l’assuré.»

Bonne connaissance du secteur

La PLR vaudoise sera officiellement élue le 3 novembre prochain. Elle va reprendre un poste occupé pendant dix ans par un autre PLR vaudois, l’ancien con­seiller national Charles Favre. Deux présidents romands successifs à la tête de H+? La perspective réjouit Matthias Mühlheim, vice-président de H+ et président du comité de sélection. «Isabelle Moret a le profil idéal pour ce poste. C’est une politicienne active au niveau national, ce que nous cherchions. Et de plus elle a une très bonne connaissance du secteur de la santé, puisqu’elle siège au sein de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national. Le fait qu’elle soit Romande est une très bonne chose: cela assure une bonne représentativité géographique, puisque H+ a déjà deux vice-présidents alémaniques.»

Deux dossiers majeurs attendent la future présidente. D’abord la révision des différents tarifs hospitaliers: TarMed, bien sûr, mais aussi le tarif des physiothérapeutes, qui fait l’objet d’un long bras de fer. Le Département de l’intérieur veut faire le forcing pour débloquer une situation qui semble aujourd’hui inextricable, tant les positions des médecins, des hôpitaux et des caisses maladie semblent irréconciliables.

Les talents de négociatrice d’Isabelle Moret seront mis à rude épreuve. «Le TarMed n’a pas été révisé depuis son entrée en vigueur et il y a des niches surrémunérées aujour­d’hui alors que d’autres secteurs, comme la médecine de premier recours, doivent être revalorisés, explique la Vaudoise. Il faut absolument que les partenaires tarifaires s’entendent, sans quoi la Confédération interviendra.»

«Il faut absolument que les partenaires tarifaires s’entendent, sans quoi la Confédération interviendra»

Autre gros dossier prioritaire: la mise en œuvre de l’initiative «Contre l’immigration de masse». Gros employeurs de main-d’œu­vre étrangère, les établissements hospitaliers redoutent les effets que pourrait avoir sur le recrutement du personnel médical qualifié l’instauration de quotas. H+ veut tenter d’obtenir un statut particulier.

Créé: 21.03.2016, 20h45

Articles en relation

Charles Favre reste président de H+ pour les deux ans à venir

Hôpitaux L'ancien conseiller national Charles Favre reste jusqu'en 2016 président de l'association faîtière des hôpitaux suisses H+. Plus...

Les hôpitaux s'avancent en gardiens de la qualité

Santé La branche veut qu'on lui fasse confiance. Elle refuse la création d'un Centre national pour la qualité, auquel elle aurait des comptes à rendre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.