Les Verts doivent confirmer l'essai

Politique 2/6Galvanisé, le Parti écologiste vole de victoire en victoire dans les cantons. Une défaite en octobre serait une sévère désillusion.

Les Verts en chiffres

Les Verts en chiffres

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout le monde les attend du côté des vainqueurs au soir du 20 octobre. À huit semaines des élections fédérales, l’actualité continue de jouer en faveur des Verts. Après les grèves des écoliers, l’hypermédiatisation de Greta Thunberg et les feux en Amazonie, une manifestation nationale pour le climat est encore prévue le 28 septembre. La progression des Verts serait-elle uniquement épisodique? «Non, répond Lisa Mazzone, vice-présidente du parti. Nous gagnons des sièges aux niveaux communal et cantonal depuis 2015. Nous n’avons d’ailleurs jamais été aussi nombreux dans les parlements cantonaux. C’est donc une tendance durable que l’on observe aussi en Europe.»

Cette année, la vague verte a en effet déjà déferlé en Suisse alémanique à Bâle-Campagne, Lucerne, mais aussi Zurich, dont les élections cantonales sont considérées comme un test grandeur nature avant les fédérales. Les sondages confirment cette poussée. À tel point que le parti pourrait même devenir la quatrième force politique du pays. Si cela devait se vérifier, les Verts pourraient lorgner le Conseil fédéral. Réaliste? «Nous reparlerons après les élections, coupe Lisa Mazzone. Nous nous engageons dans cette campagne avec conviction pour rendre le parlement plus vert, face à l’urgence climatique et la crise de la biodiversité.» Pour la Genevoise, de nouvelles majorités sont nécessaires.

«Voter pour la sincérité»

C’est en Suisse romande que les Verts pourraient progresser le plus en termes de sièges. Les demandes d’adhésion explosent et le parti pourrait au moins doubler sa députation au Conseil national. À l’heure actuelle, elle se compose uniquement de la Genevoise Lisa Mazzone et des deux Vaudois Adèle Thorens et Daniel Brélaz. Les attentes sont légitimes dans ces deux cantons, où le parti avait égaré un siège en 2015, mais des surprises sont possibles aussi à Neuchâtel, Fribourg et en Valais.

Galvanisés par la victoire, les Verts doivent désormais faire attention aux faux pas. Surtout, il ne faut pas oublier que dans l’euphorie ambiante, le parti a connu des ratés. Si les Verts ont fait le grand saut avec l’élection d’un ministre à Zurich, la partie a été beaucoup plus difficile à Lucerne. Leur candidate au gouvernement cantonal, très bien placée au premier tour, a mordu la poussière au deuxième. Ce n’est pas nouveau, le parti peine dans les élections au système majoritaire. La preuve: au Conseil des États, l’unique écologiste, le Genevois Robert Cramer, s’en va et reconquérir la Chambre haute ne sera pas une promenade de santé.

Le souvenir de 2011

L’autre écueil pour les Verts, c’est que désormais tous les partis surfent sur la vague climatique. À commencer par le Parti socialiste, le grand allié, qui n’hésite pas à remettre les Verts dans le rôle du partenaire junior en affirmant qu’il ne peut pas y avoir de politique écologiste sans le PS. Mais il y a aussi le PDC, et le PLR, dont le virage vert a beaucoup fait parler. Le parti a tout de même réussi son grand écart, lui qui est désormais en faveur d’une taxe sur les billets d’avion et d’un renchérissement de l’essence dans le cadre de la révision de la loi sur le CO2.

Une concurrence? «Voter pour les Verts, c’est voter pour la sincérité, la cohérence et surtout une expertise forgée par des années d’engagement en matière d’écologie, répond Lisa Mazzone. Nous mettons à l’agenda les thématiques centrales de la préservation du climat, de nos ressources et de la biodiversité. Et ça, tout le monde le sait».

Et pourtant, il y a le souvenir des élections de 2011. Alors que l’actualité était centrée sur l’accident nucléaire de Fukushima, le parlement était effectivement devenu bien plus écologiste, mais cela s’était concrétisé par une poussée des Vert’libéraux. Le meilleur ennemi du Parti écologiste est d’ailleurs cette année encore crédité de la plus forte poussée, à un souffle des Verts traditionnels.

Créé: 01.09.2019, 19h45

Carte blanche à Regula Rytz

«Protéger le climat et la biodiversité»

«À l’heure où le climat se réchauffe et où les catastrophes naturelles s’enchaînent, il est urgent de proposer des solutions ambitieuses. Le 20 octobre, votez pour celles et ceux qui se battent depuis toujours pour préserver l’environnement. Parti de l’écologie et de l’égalité, les Verts s’engagent depuis 36 ans pour apporter des réponses concrètes aux défis environnementaux et sociaux. C’est grâce aux Verts que l’agriculture est sans OGM, que l’on avance vers une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle ou que l’on tirera bientôt la prise des centrales nucléaires. Nous voulons continuer à nous engager pour la protection du climat et de la biodiversité, mais aussi contre les discriminations en défendant l’égalité salariale, le mariage pour tous et le respect de notre tradition humanitaire en matière d’asile. Un parlement plus Vert, c’est un parlement plus respectueux de la nature et des êtres humains. C’est de cela dont a plus que jamais besoin la Suisse.»

Articles en relation

Le PDC doit lutter contre la barre des 10%

Politique 1/6 Le parti restera-t-il la quatrième force du pays? Pour y arriver, le PDC doit stopper son érosion et assurer la relève en Romandie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.