Les Verts sont aux portes du Conseil fédéral

PolitiqueÀ sept mois des élections fédérales, les écologistes réalisent la plus forte progression et talonnent le PDC. Vont-ils le dépasser?

Les résultats du dernier sondage Tamedia

Les résultats du dernier sondage Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

N’ayons pas peur des mots, dans le petit monde de la politique suisse, ce serait un véritable cataclysme. Les Verts sont à un cheveu de devenir la quatrième force politique du pays. Selon le dernier sondage Tamedia (éditeur de ce journal), ils recueillent 9,6% d’intentions de vote (+2,5 points) et talonnent désormais le PDC, qui chute à 9,9% (–1,7). Un succès qu’ils doivent à la remontée du climat parmi les préoccupations des Suisses. Ce thème est le plus souvent cité juste après les coûts de la santé et la prévoyance vieillesse (voir graphique).


A lire l'édito: La lame Verte a un effet trompeur


Ce scénario serait tout sauf anecdotique, car il serait synonyme de porte d’entrée au Conseil fédéral. La formule magique prévoit en effet deux sièges aux trois plus grands partis et un au quatrième. «Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités», affirme Regula Rytz, présidente du parti, même si cette dernière ne semble pas trop y croire pour l’instant. Mais les autres partis seraient-ils disposés à accorder cette place aux Verts? Étonnamment, c’est à la droite de l’échiquier que les réponses sont les plus positives.

La formule magique

«Je suis pour respecter la formule magique», affirme sans hésiter Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC. Mais la conseillère nationale genevoise précise toutefois qu’il faudra voir si ce que prédisent les sondages se vérifiera sur le long terme. «On sent cette année une vraie préoccupation de la population pour le climat. Et les Verts sont très profilés sur ce thème. Ce n’est pas étonnant qu’ils progressent. En même temps, la force du PDC s’érode inexorablement. Mais de là à ce qu’il cède sa place aux Verts, il y a un pas que je ne franchirais pas à ce stade.»

Christian Lüscher, vice-président du PLR, est pratiquement sur la même longueur d’onde. «S’ils dépassent le PDC, alors oui, les Verts auraient droit à un siège.» De quoi l’inquiéter pour la politique du Conseil fédéral? «Tant que le gouvernement et le parlement restent à droite, les choses ne vont pas véritablement changer. Mais surtout, je ne crois pas une seule seconde que les Verts dépasseront le PDC. La Suisse est un pays de centre droit. Et la population n’est pas près de changer. Ce qu’elle veut, c’est que les partis de centre droit apportent des propositions qui se rapprochent de leurs préoccupations. Et celles-ci concernent désormais le climat.»


A lire aussi l'interview: «Nous avons des personnalités pour le poste»


À gauche, le Parti socialiste – traditionnel allié des Verts – serait «enchanté» d’avoir un conseiller fédéral écologiste qui siège avec ses deux représentants, pour reprendre les mots de la conseillère nationale vaudoise Ada Marra, vice-présidente du PS. Mais avant de bouter le PDC hors du collège, la Vaudoise estime qu’il faut bien réfléchir à comment on compte la force politique des uns et des autres. «Si elles s’unissent, les composantes du centre auraient aussi droit à un siège. Je préférerais un PDC et un Vert, à la place d’un deuxième UDC.»

Front Vert'libéral

Plus surprenant, c’est du côté des Vert’libéraux – l’autre parti qui sort grand gagnant de ce sondage avec une progression de 2,1% – qu’on trouve le moins de soutien à cette idée d’avoir un conseiller fédéral écologiste. Ne serait-ce pas une chance de faire progresser les idées vertes au gouvernement, vu que les deux partis dépasseraient ensemble les 15%? «On ne peut pas simplement additionner nos deux scores, explique Jürg Grossen (BE), président du parti. Nous voulons une politique écologiste, mais aussi libérale. Car je suis convaincu qu’il n’y aura de réformes prometteuses pour l’environnement qu’avec le soutien de l’économie. Or je ne suis pas sûr qu’avec un ministre de gauche supplémentaire on obtienne de vraies avancées.» Estime-t-il qu’un PDC est mieux à même de porter ce thème qu’un Vert? Il botte en touche. «L’idéal serait un conseiller fédéral Vert’libéral.»

Au final, il reste bien peu de monde sous la Coupole pour défendre le PDC. Le début de la fin pour les démocrates-chrétiens? «Cette enquête est bien moins bonne pour notre parti que le baromètre de la SSR, répond Filippo Lombardi, chef du groupe. Mais à vrai dire, le seul résultat qui vaut, c’est celui du 20 octobre, pas ceux des sondages.» Et le sénateur tessinois d’ajouter que son parti reste encore la première force politique du Conseil des États à égalité avec le PLR. «Or un groupe parlementaire se compose des élus des deux Chambres.»

Mais surtout, Filippo Lombardi est convaincu que le PDC sera devant les Verts lors du scrutin fatidique. Pour lui, «la question de leur octroyer un siège au Conseil fédéral ne se pose donc tout simplement pas».

Créé: 05.03.2019, 22h27

Articles en relation

Le Maison PDC subit un nouveau coup de tonnerre

Politique Après les défaites électorales, les départs rapprochés à la centrale, une élue démissionne et attaque la ligne du président Pfister Plus...

Pfister heurte les bastions progressistes du PDC

Ligne politique Le parti tente à nouveau de muscler son profil. Son président veut le définir comme social-conservateur. Réactions mitigées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...