Passer au contenu principal

Les Verts ont quatre ans pour ne pas décevoir

Privé de siège au Conseil fédéral, le parti écologiste doit se rabattre sur les résultats dans les urnes. Et espérer que la pression populaire se maintienne sur ses adversaires.

Dans le camp de la candidate recalée Regula Rytz, c’est la résignation.
Dans le camp de la candidate recalée Regula Rytz, c’est la résignation.
Keystone

Les lendemains de victoire ont un goût d’amertume pour les Verts suisses. Le 20 octobre dernier, le parti écologiste réalisait la plus forte progression enregistrée par un parti sur la scène nationale depuis l’introduction du système proportionnel. Récoltant 13,2% des voix (+6), il devenait la quatrième formation politique du pays devant le PDC. Au soir des élections, il mettait deux revendications sur la table: avoir un siège au Conseil fédéral et organiser un sommet sur le climat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.