Des vignerons-encaveurs indépendants très remontés

SuisseLes vignerons-encaveurs critiquent la nouvelle ordonnance sur le vin, qui leur prend beaucoup plus de temps que précédemment car les exigences sont plus élevées.

Le Genevois Willy Cretegny, président de l'Association suisse des vignerons-encaveurs indépendants (ASVEI), remonte au front.

Le Genevois Willy Cretegny, président de l'Association suisse des vignerons-encaveurs indépendants (ASVEI), remonte au front. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trop de travail administratif, trop de frais, l'Association suisse des vignerons-encaveurs indépendants (ASVEI) ne pense que du mal de la nouvelle ordonnance fédérale sur le vin. Elle appelle ses membres à refuser le contrôle de Berne pour protester.

Environ 20 vignerons ont déjà annoncé leur décision de fermer leurs portes aux fonctionnaires fédéraux, relève mercredi le président de l'ASVEI, le Genevois Willy Cretegny. D'autres devraient suivre d'ici au 31 janvier. Il s'agit de la date qui a été laissée aux producteurs pour faire part de leurs intentions, a-t-il ajouté.

La nouvelle ordonnance sur le vin ne fait plus de distinction entre les producteurs et les commerces de vin, explique M. Cretegny. Avant, les vignerons-encaveurs étaient soumis au contrôle des cantons, qui connaissent bien le terrain. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Les exigences sont plus élevées et Berne réclame beaucoup d'informations.

Dépenses supplémentaires

De plus, le contrôle opéré par la Confédération est annuel, alors qu'il n'avait lieu qu'une fois tous les quatre ans avant. Comme ces contrôles sont facturés aux vignerons, ces derniers doivent faire face à des dépenses supplémentaires, dans un contexte économique déjà difficile pour eux, regrette M. Cretegny.

Le président de l'ASVEI rappelle que les producteurs locaux de vin doivent affronter la concurrence sans merci de vins venus de l'étranger. 40% des importations sont achetées moins de 1,5 franc le litre, précise-t-il. «C'est comme si on vous divisait votre salaire par quatre.»

Pour le climat

L'ASVEI a écrit au conseiller fédéral Guy Parmelin pour lui demander de prendre des mesures afin de sauvegarder la production du pays. «Nous acceptons la concurrence, mais à condition qu'elle ne soit pas déloyale», note M. Cretegny. Il est absurde, selon lui, de vouloir protéger le climat et d'importer des vins de l'autre bout du monde.

M. Parmelin, ancien vigneron, a pris, en priorité, la défense de l'économie et abandonne à leur sort les travailleurs de la terre, déplore M. Cretegny. «Il a oublié d'où il venait.» Des centaines de familles et des milliers d'emplois sont concernés. Il en va aussi de l'environnement, du paysage naturel et culturel de la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 15.01.2020, 12h19

Articles en relation

Les vignerons en colère écoutés par Guy Parmelin

Crise viticole Une délégation élargie a pu exposer ses craintes face au conseiller fédéral. Qui a surtout pris la température. Plus...

Le public a payé pour vendanger en Valais

Vignes Samedi, chacun a pu se munir d'un sécateur et aller vendanger aux côtés des vignerons en Valais, pour découvrir le travail de la vigne. Plus...

Vendanges: les quantités sont moindres que prévu

Suisse Les quotas vaudois et valaisans, pourtant restrictifs afin d'éviter l'effondrement des prix, n'ont pas été atteints. Mais le millésime 2019 s'annonce «magnifique». Plus...

Les jeunes vignerons crient leur colère

Crise viticole Pris à la gorge, les producteurs de la nouvelle génération ont fait souffler un vent de révolte mercredi à Saint-Livres. Une grande manifestation est prévue à Berne. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.