La vignette et l'initiative pour les familles se joueront au finish

Votations fédéralesSelon un sondage SSR, l'initiative «1:12» semble avoir perdu la bataille. Par contre, rien n'est joué pour le texte de l'UDC sur les familles et la vignette à 100 francs. Verdict le 24 novembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A dix jours du scrutin, rien n’est joué pour deux des trois objets de votation du 24 novembre 2013. Si l’on en croit les résultats du sondage SSR, réalisé par l'institut gfs.bern. Le sort de l’initiative des Jeunes Socialistes «1 :12» semble scellé (54% de non; 36% de oui et 4% d’indécis). Mais le sort des deux autres objets se jouera dans la dernière ligne droite.

Ainsi l’initiative pour les familles de l’UDC pointe encore en tête avec un 49% de oui contre 43% de non et 8% d’indécis. Mais elle s’est effondrée depuis le premier sondage du 8 octobre. Et le référendum contre l’augmentation (de 40 à 100 francs) de la vignette autoroutière (50% de oui à l’augmentation, 46% de non et 4% d’indécis) reste encore incertain.

Erosion du oui à l'UDC

Avec une perte de moins 15% d’intentions de vote (64% le 8 octobre), c’est une véritable érosion que vient de subir l’initiative des familles de l’UDC. Elle n’a plus que 6% d’avance (49% de oui contre 43% de non).

«La mobilisation massive de nos opposants et le rôle non négligeable joué par les médias dans une campagne anti-UDC l’expliquent. Mais nous avons encore des arguments. Il s’agit de convaincre 3 à 4% des indécis pour nous assurer la victoire», analyse Claude-Alain Voiblet, vice-président romand de l’UDC Suisse.

Néanmoins dans le camp des opposants, on ne donne pas la partie gagnée. Loin s’en faut. «Nous devons continuer à nous mobiliser jusqu’à la fin», explique Isabelle Moret (PLR/VD), vice-présidente du PLR Suisse. «Nous avons sans doute sous-estimé qu’il fallait du temps et beaucoup d’explications pour démontrer que le texte de l’UDC est trompeur. En aucun cas, il ne corrige une inégalité. Et si l'initiative UDC passe, elle risque surtout de réduire les déductions possibles existantes.»

Une deuxième campagne après le 8 octobre

En effet, après le coup de tonnerre de la publication du premier sondage (le 8 octobre) qui voyait l’initiative UDC créditée de 64% de oui, les opposants ont démultiplié leurs efforts. On a même vu un comité interpartis du «Non» tenir conférence de presse commune et réunir à une même table les présidents du PLR et du PS, ainsi que des représentants de tous les autres partis.

Le PDC était aussi présent. Car la direction du parti suisse a été désavouée par son assemblée des délégués. Si la direction soutenait le texte de l’UDC, la base du parti a dit non! Pour le coup, l'écart se resserre mais rien n'est joué.

Hausse du non à la vignette en Suisse romande.

Autre objet sur le balan: l’augmentation de la vignette. Le oui avec 50% perd 3 points et le non, avec 46%, progresse de 5 points. Le 4% d’indécis sera donc très convoité durant cette dernière ligne droite. Et l’analyse fine montre aussi que le non à l’augmentation de la vignette progresse en Suisse romande.

«On constate que le message du Conseil fédéral n’est pas clair. On demande aux gens de passer à la caisse sans pouvoir assurer que cet argent sera réellement injecté dans le réseau routier et qu’aucun problème de circulation ne sera résolu», analyse l’UDC Claude-Alain Voiblet, par ailleurs coprésident du comité référendaire.

«C’est une balle dans le pied que se tirent le TCS et tous les pro-automobiles», pense Isabelle Moret. Pour la vice-présidente du PLR, les besoins de financement et les améliorations du réseau routier sont suffisamment clairs pour que le oui l’emporte.

«Mais là encore, nous devons expliquer et expliquer. Nos adversaires font une campagne émotionnelle qui se retournera contre eux. Notamment en s’alliant avec les anti-voitures les plus radicaux de l’ATE», estime encore Isabelle Moret.

La bataille du «1:12» semble perdue

Et pour le texte des Jeunes socialistes, la messe semble dite. Elle n’est plus soutenue que par 36% des sondés et perd 8% d’intentions de vote. Alors que le non à «1 :12» accuse une confortable majorité à 54% et a progressé de 10%.

Pour Isabelle Moret, les prises de position des conseillers d’Etat socialistes élus dans les cantons, et qui se sont montrés dubitatifs sinon très prudents, a joué un rôle déterminant. «Eux sont dans la réalité des choses. Ils ont vu les pertes fiscales et les pertes dans l’AVS que cela pouvait occasionner», lance la vice-présidente du PLR

Créé: 13.11.2013, 16h59

L’UDC est fâchée

L’UDC fâchée. L’Union démocratique du centre (UDC) est intervenue auprès de la SSR qu’elle accuse de ne pas tenir son rôle de service public en doublant le temps de parole des opposants à son initiative. «Dès que le sondage qui nous donnait gagnant est sorti, l’attitude des médias a totalement changé», s’insurge Claude-Alain Voiblet. Il fait notamment allusion à une intervention du ministre de la Santé Alain Berset sur les ondes de la radio qui s’est transformé en plaidoyer contre l’initiative UDC.

Présentation tronquée - «C’est évidemment la position du Conseil fédéral, mais la ficelle est un peu grosse pour redonner encore une fois la parole à un ministre après l’avoir déjà fait avec Eveline Widmer-Schlumpf», argumente Claude-Alain Voiblet. Pour le vice-président romand de l’UDC, les réflexes anti-UDC, la présentation tronquée et partielle des arguments de l’initiative ne sont pas sans conséquence.

Mensonges éhontés - «Et de plus, nous devons faire face aux mensonges éhontés de nos opposants. Ils nous accusent de vouloir renvoyer les femmes au foyer. Mais cela n’est écrit nulle part dans notre texte et cela n’est nullement notre intention. Mais nos adversaires jouent avec le feu. Les critiques qu’ils se permettent sur les familles qui ont le choix de consacrer du temps à leurs enfants ont de quoi froisser bien des familles. Car la modernité, ce n’est pas seulement que les deux membres du couple travaillent à 100%. D’ailleurs, nous ne précisons pas si c’est l’homme ou la femme qui élève les enfants», estime Claude-Alain Voiblet.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...