Passer au contenu principal

Le viol, ce crime «bagatelle» en Suisse

La Suisse possède la définition du viol la plus «légère» d’Europe. A Berne, difficile de faire changer les choses.

PHOTO D'ILLUSTRATION
PHOTO D'ILLUSTRATION
DR-ARCHIVES /

Dix-huit mois avec sursis. «Il n’y a qu’en Suisse qu’on voit des conneries pareilles! Pour moi, c’était presque une invitation à recommencer.» Les mots de Fabrice A., le meurtrier de la sociothérapeute genevoise Adeline M., font froid dans le dos. Ils concernaient sa première condamnation pour viol avec violence, en 1999, par la justice genevoise. Pourquoi les peines suisses condamnant les agressions sexuelles sont-elles aussi légères en comparaison internationale?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.