Une femme en détention pour violences conjugales

SuisseLa justice maintient l'incarcération d'une femme ayant insulté, menacé de mort et battu son compagnon. Son risque de récidive serait trop élevé.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral confirme la mise en détention préventive d'une femme soupçonnée de violences envers son compagnon. La recourante a été arrêtée en août 2018 et son incarcération a été prolongée à plusieurs reprises.

Le Ministère public de La Côte, dans le canton de Vaud, mène une instruction pénale contre cette Française pour lésions corporelles et menaces qualifiées ainsi que dommages à la propriété, calomnie ou diffamation et violence ou menace contre les autorités.

Selon l'arrêt du Tribunal fédéral publié lundi, il lui est reproché à l'automne 2017 d'avoir jeté des objets sur son concubin, de l'avoir menacé et d'avoir donné des coups de couteau contre une porte qu'il venait de fermer.

Lors d'un nouvel épisode en août 2018, la femme a frappé son ami avec des chaussures à talons en bois, elle lui a lancé à la tête une théière en fonte et l'a pourchassé avec un couteau. Elle s'en est ensuite prise aux pneus de sa voiture et a menacé de «le crever». Lors de l'intervention de la police, elle a craché sur un agent et donné un coup de pied à un autre.

Arrêtée immédiatement après cette intervention, la femme a vu sa détention provisoire prolongée de trois mois en trois mois en raison du risque élevé de récidive. Dans l'intervalle, la justice a attribué la garde de la fille du couple, âgée de cinq ans, au père.

Mesures de substitution

Devant le Tribunal fédéral, la femme a recouru contre son maintien en préventive et proposé des mesures alternatives telles qu'assignation à résidence, interdiction de périmètre et de prise de contact, traitement thérapeutique, voire bracelet électronique.

Dans ses considérants, la 1re Cour de droit public estime que les arguments de la justice vaudoise ne prêtent pas le flanc à la critique. Les juges cantonaux ont souligné l'intensification des actes de violence commis par la recourante depuis 2011.

Ils ont également pris en compte une expertise psychiatrique de mai 2019 qui retient un risque élevé de récidive à l'égard du compagnon de la recourante, risque encore aggravé en cas de consommation d'alcool. Les magistrats vaudois ont aussi jugé que le début de prise de conscience relevé par une doctoresse des services pénitentiaires n'était pas suffisant.

Les juges fédéraux, comme leurs collègues vaudois, ne sont pas convaincus non plus par les mesures de substitution proposées pour écarter une récidive. Il s'avère ainsi que la femme a débuté un suivi psychiatrique en novembre 2017 mais qu'elle a espacé ses visites jusqu'à abandonner le traitement au bout d'un semestre. Dans ces conditions, des mesures reposant sur la seule volonté de l'intéressée de s'y conformer paraissent insuffisantes, estime le Tribunal fédéral.

Enfin, la durée de la préventive demeure proportionnée à la gravité des infractions reprochées, concluent les juges de Mon Repos. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2019, 12h02

Articles en relation

La lutte contre la violence domestique renforcée

Canton de Neuchâtel Déjà précurseur avec la loi de 2004, Neuchâtel adapte son dispositif législatif pour combattre la violence conjugale. Plus...

Mobilisation contre les violences conjugales

Espagne Plusieurs manifestations ont eu lieu en Espagne, après un «été barbare» et «des chiffres sur la violence [faites aux femmes] terrifiants». Plus...

Il tue son épouse avant d'être arrêté le même jour

Canton de Zurich Une femme a été tuée par son mari à Dietikon (ZH). Ce dernier avait déjà été arrêté pour violence conjugale et avait l'interdiction de s'approcher de son épouse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.