Visite sous surveillance pour Ousman Sonko

SuisseL'ancien ministre gambien de l'Intérieur, Ousman Sonko, a été débouté par le Tribunal fédéral. Il s'opposait aux conditions posées par le Ministère public pour une visite consulaire.

Ousman Sonko, l'ancien ministre gambien de l'Intérieur, continue son combat judiciaire.

Ousman Sonko, l'ancien ministre gambien de l'Intérieur, continue son combat judiciaire. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral a rejeté un recours d'Ousman Sonko. L'ancien ministre gambien de l'Intérieur contestait les conditions posées par le Ministère public de la Confédération (MPC) à une rencontre en prison avec le consul honoraire de son pays.

La visite avait été autorisée pour le 29 août 2018. Afin de prévenir tout risque de collusion, le MPC avait prévu que M. Sonko et le consul ne devraient pas évoquer la procédure pour crimes de guerre menée contre l'ancien dignitaire. La rencontre aurait lieu en présence de son avocat et d'un surveillant. Ce dernier devait mettre fin à l'entrevue si la conversation devait dévier.

Ousman Sonko a contesté ces conditions auprès du Ministère public qui a donc reporté la visite. Le recours de l'ancien ministre devant le Tribunal pénal fédéral a également été rejeté.

Sonko est déjà bien défendu

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral repousse à son tour la demande de M. Sonko. Selon la Convention de Vienne sur les relations consulaires, rappelle-t-il, les agents consulaires sont habilités à rendre visite à leurs ressortissants incarcérés.

Afin de veiller à leur défense, les consuls ont en principe le droit d'évoquer la procédure qui a conduit à la détention. Dans le cas présent, Ousman Sonko est déjà pourvu d'un avocat qui est intervenu à de nombreuses reprises devant toutes les instances compétentes.

En outre, le risque de collusion invoqué par le Ministère public de la Confédération est jugé «important». En effet, l'ancien ministre dispose encore de contacts en Gambie qui lui permettraient d'exercer une influence sur les personnes qui doivent être encore entendues dans le cadre de cette procédure.

Ousman Sonko a assumé d'importantes fonctions sous la dictature du président Yahya Jammeh qui a duré de 1994 à 2017. Ancien commandant de la garde présidentielle, il a également été inspecteur général de la police avant de devenir ministre de l'Intérieur entre 2006 et 2016. Il est accusé d'avoir assisté à des actes de torture et à des atteintes à l'intégrité sexuelle perpétrés par des policiers alors qu'il exerçait ces fonctions.

L'ancien dignitaire gambien est détenu en Suisse depuis la fin janvier 2017. Depuis plusieurs mois, il séjournait incognito dans le centre d'accueil pour requérants de Lyss (BE). Il a été arrêté sur dénonciation de l'ONG Trial International. (arrêt 1B_499/2018 du 10 décembre 2018) (ats/nxp)

Créé: 14.12.2018, 12h02

Articles en relation

L'ancien ministre Ousman Sonko reste en prison

Suisse Le Tribunal fédéral constate que des soupçons fondés existent toujours à l'endroit de l'ancien ministre de l'Intérieur gambien. Plus...

Demande de libération d'Ousman Sonko refusée

Suisse Le Tribunal pénal fédéral n'a pas donné suite au recours de l'ex-ministre gambien. Celui-ci est accusé de crimes contre l'humanité. Plus...

La détention d'Ousman Sonko est prolongée

Suisse L'ex-ministre gambien, qui est soupçonné de crimes contre l'humanité, est en mesure de défendre ses droits, estime le Tribunal fédéral. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.