Les viticulteurs en colère contre le vin étranger

BerneSous le slogan «les raisins de la colère», les viticulteurs suisses ont dénoncé la concurrence des vins importés lundi à Berne.

En Suisse, on boit près 80 millions de vins suisses et 170 millions de vins étrangers.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelque 150 à 200 viticulteurs, principalement Romands, ont manifesté lundi à Berne pour défendre leur travail et le vin suisse. Ils exigent notamment une limitation des importations de vin étranger.

L'action, intitulée «les raisins de la colère» et qui devait avoir lieu sur la Place fédérale, a été déplacée vers le casino. Les rassemblements devant le Palais du Parlement ne sont pas permis en période de session.

Les manifestants, venus surtout des cantons de Vaud, Valais et Genève, ont profité de la session parlementaire qui débute pour alerter les élus sur les menaces qui pèsent sur la viticulture et de nombreux autres métiers de l'agriculture. Ils devaient rencontrer certains d'entre eux, ayant répondu à leur invitation.

Vin étranger trop bon marché

Alors que leurs stocks s'accumulent, la part de vin étranger consommé en Suisse est supérieure à celle des produits indigènes. «En Suisse, on boit près 80 millions de litres de vins suisses et 170 millions de vins étrangers», a expliqué à Keytone-ATS Alexandre Fischer, viticulteur-caviste à Yens-sur-Morges (VD) qui a initié l’opération.

Pour lui et ses collègues, impossible de concurrencer le prix des vins importés. «Ils sont vendus à trois ou quatre francs la bouteille, alors que nous devons vendre les nôtres à dix ou quinze», a-t-il souligné.

Certains accords engendrent une concurrence déloyale et mettent en avant des normes environnementales étrangères moins restrictives que celles appliquées en Suisse, selon leur tract. Les manifestants souhaitent plus de soutien de la part de la Confédération ainsi qu'un réexamen des taxes à l'importation des vins étrangers.

Rencontre avec Guy Parmelin

Les viticulteurs des «Raisins de la colère» doivent s'entretenir avec le ministre de l'économie Guy Parmelin le 17 décembre. Ils présenteront leurs doléances au conseiller fédéral à cette occasion. (ats/nxp)

Créé: 02.12.2019, 14h25

Articles en relation

Sous pression, Provins prend des mesures

Viticulture La part de marché des vins suisses ne cesse de diminuer. Provins est mis à mal et doit réagir. Plus...

La Mine brasse de puissantes bières, ses «vins sans raisin»

Terroirs La brasserie de Bex enrichit sa gamme avec des «vins de céréales». Des mousses fortes et aromatiques, vieillies en barrique au fond des mines de sel. Tout un voyage. Plus...

Le projet de cave Schenk a pris sept ans de retard

Rolle Le leader suisse du négoce de vins met à l’enquête publique son nouveau site de production à 93 millions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.