Passer au contenu principal

«Ils ne voient pas qu'une réfugiée nettoie leur bureau»

La conseillère fédérale a plaidé pour plus de solidarité à l'égard des réfugiés, au congrès du PS à Thoune (BE).

Il faut s'attaquer aux sources du problème, a expliqué Simonetta Sommaruga (Samedi 3 décembre 2016).
Il faut s'attaquer aux sources du problème, a expliqué Simonetta Sommaruga (Samedi 3 décembre 2016).
Keystone

Il faut se montrer solidaire avec les réfugiés et les autres Etats, a plaidé samedi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga au congrès du parti socialiste à Thoune (BE). Mais cela ne suffit pas, il faut aussi s'attaquer aux causes de la fuite.

Les gens adaptent leur perception de la réalité. «Ils voient le réfugié syrien sans travail assis à la gare, mais ils ne voient pas qu'une réfugiée nettoie leur bureau», a déclaré la ministre de la justice devant plus de 500 représentants des sections du PS.

La solidarité à l'égard des réfugiés et les autres pays est insuffisante. Il faut s'attaquer aux sources du problème, a ajouté la Bernoise. En appliquant une politique contradictoire, les Etats portent une part de responsabilité dans la pauvreté qui sévit dans les pays en développement.

Contradiction

Les pays riches fournissent d'un côté de l'aide aux pays en développement et de l'autre, ils tirent profit de leur richesse et se plaignent ensuite de l'arrivée des migrants, a-t-elle critiqué.

Environ 70% des personnes touchées par une pauvreté extrême vivent dans des pays riches en matières premières. Et de nombreuses entreprises actives dans ce secteur ont leur siège en Suisse.

Il faut regarder ces sociétés de plus près: «nous devons - et nous voulons - être une part de la solution et non du problème».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.