La volte-face de Rytz provoque l’extase au PLR

Conseil fédéralLa présidente des Verts, qui visait uniquement Cassis, n’exclut plus d’attaquer le siège de Keller Sutter

Balthasar Glättli, chef de groupe des Verts, et la présidente du parti Regula Rytz, ont tenté d’expliquer à la presse leur nouvelle position.

Balthasar Glättli, chef de groupe des Verts, et la présidente du parti Regula Rytz, ont tenté d’expliquer à la presse leur nouvelle position. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La donna è mobile.» Voilà ce que diraient certainement les italophones en écoutant Regula Rytz. En 24 heures seulement, la candidate Verte au Conseil fédéral a changé de discours. Jeudi, elle affirmait qu’elle attaquerait le siège d’Ignazio Cassis, mais en aucun cas celui de Karin Keller-Sutter. Elle ne se voyait pas éjecter une femme pour prendre sa place. Ce vendredi, devant une forêt de micros au Palais fédéral, elle ne l’excluait plus. Une volte-face qui lui a été plus ou moins imposée par son parti.

Les Verts ont en effet arrêté leur stratégie. Ils présentent une candidature de combat, celle de leur présidente Regula Rytz, qui a été désignée par acclamation. «Nous lançons une seule candidate car il s’agit de s’attaquer à un conseiller fédéral sortant, explique le chef de groupe, Balthasar Glättli. Un ticket manquerait de clarté et provoquerait une dispersion des voix.» Cette stratégie était attendue. En revanche, Glättli provoque l’étonnement en annonçant que les Verts ne se contenteront pas de contester Cassis, mais qu’ils pourraient aussi s’en prendre à l’autre PLR, Keller-Sutter.


Lire aussi: Regula Rytz est-elle trop à gauche pour être élue?


Regula Rytz soutient-elle cette stratégie, alors qu’elle a déclaré le contraire la veille? La candidate bredouille une explication un peu confuse où l’on comprend que la responsabilité de la tactique électorale est du ressort du parti. Celui-ci a dû certainement se rendre compte que s’attaquer au seul Cassis donnait l’impression de faire la peau à la minorité italophone du gouvernement. D’où l’idée de ne pas exclure «KKS» de la ligne de mire.

«Le PLR n’a pas voulu nous céder un siège, poursuit Balthasar Glättli. Si Regula Rytz l’emporte contre Cassis, il lui appartiendra de décider s’il veut représenter Cassis ou KKS pour le siège PLR restant.» Le chef de groupe se dit optimiste sur les chances de succès de Rytz «même si ce n’est pas gagné».

Le louvoiement des Verts

Cet optimisme tranche pourtant avec un début de campagne qui ne se déroule pas idéalement pour la présidente des Verts. D’abord son aura a un peu pâli suite à sa défaite au Conseil des États pour le canton de Berne, dimanche dernier. Ensuite, sa conférence de presse de jeudi n’a pas redonné de l’élan. Au contraire, sa réponse désinvolte envers la représentation italophone a provoqué la colère au Tessin. Enfin, sa volte-face n’aide pas à remonter la pente.

Et ce n’est pas le PLR qui va lui tendre la main pour l’aider. Ou s’il le fait, c’est pour mieux lui enfoncer la tête sous l’eau. Vendredi soir au Palais fédéral, le nouveau vice-président du groupe Olivier Feller s’en donnait à cœur joie sur le «louvoiement» des Verts. «MmeRytz écarte le jeudi la Suisse italienne. Un jour plus tard, elle est prête avec son parti à écarter non seulement la Suisse italienne mais aussi une femme en poste depuis dix mois.» Le chef du groupe parlementaire, Beat Walti, en rajoute une couche. «C’est incroyable la légèreté avec laquelle les Verts abordent cette élection. Ils sont prêts à élire une 2e conseillère fédérale bernoise (ndlr: en plus de la socialiste Simonetta Sommaruga) et à écarter la Suisse italienne et la Suisse orientale, qui toutes deux ont attendu longtemps pour entrer au gouvernement.»

Mais le PLR n’est-il pas la grenouille qui se voit en bœuf en s’accrochant à ses deux sièges au Conseil fédéral? La présidente Petra Gössi note que son parti a 1,7% de voix de moins que le PS au National. Et au Conseil des États, dans une feuille statistique distribuée en conférence de presse, le PLR se vante d’être le second parti, voire le premier s’il parvient à dépasser le PDC ce dimanche. Le PLR ne voit donc pas pourquoi il devrait renoncer à ses deux fauteuils. Il annonce qu’il réélira tous les conseillers fédéraux en place. On verra dans les prochains jours ce que le PDC décide. S’il ne soutient pas Regula Rytz, la candidature Verte est mort-née.

Créé: 22.11.2019, 21h21

Articles en relation

Regula Rytz est-elle trop à gauche pour être élue?

Conseil fédéral Les alliés Vert'libéraux des écologistes se montrent réticents à voter pour la présidente des Verts. Voici ce qu'en disent les chiffres. Plus...

Hodgers s’efface volontiers au profit de sa présidente

Conseil fédéral Le conseiller d’État, qui s’était déclaré disponible pour le Conseil fédéral, renonce face à Regula Rytz. Plus...

Regula Rytz attaque officiellement Ignazio Cassis

Conseil fédéral La présidente des Verts annonce officiellement sa candidature. Le groupe tranchera ce vendredi sur la stratégie à adopter. Plus...

La reine Verte Regula Rytz vise une révolution de Palais

Berne Après avoir gagné les élections, la présidente des écologistes peut espérer ravir le siège de la droite au Conseil des États. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.