«Nous voulons que les femmes et les seniors travaillent plus»

Réformes du PLRLe PLR mise sur plusieurs réformes pour maintenir la compétitivité de la Suisse après la votation du 9 février sur l'immigration. Le conseiller national Andrea Caroni mise sur les femmes et les travailleurs âgés.

Andrea Caroni a présenté sa vision d'un marché du travail plus flexible et plus libéral.

Andrea Caroni a présenté sa vision d'un marché du travail plus flexible et plus libéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le PLR a présenté jeudi ses réformes pour limiter les conséquences négatives du vote sur l'immigration du 9 février et pour que la Suisse puisse rester vice-championne du monde de la compétitivité. Si le président du parti Philipp Müller mise d'abord sur un taux unique de TVA, d'autres pistes ont été évoquées, dont celle de faire davantage appel à la main d’œuvre indigène, en particulier les femmes et les seniors. Question au conseiller national appenzellois Andrea Caroni:

24 heures: vous voulez favoriser l'emploi des femmes ou des travailleurs âgés. Pourquoi?

Andrea Caroni: C'est très important, d'autant plus après la votation du 9 février. Car avec la mise en oeuvre de l'initiative de l'UDC contre l'immigration massive, ce sera encore plus difficile d'avoir accès à une main-d'oeuvre étrangère qualifiée. Alors il faut que l'on active les gens très bien formés qui sont chez nous en Suisse, soit les femmes et les travailleurs âgés.

Comment comptez-vous inciter les femmes à travailler plus?

Il faut permettre à celles qui veulent travailler davantage de le faire. Ce qui implique notamment une réduction de la réglementation inutile pour les crèches. Car aujourd'hui, dans de nombreuses situations, il est difficile de trouver une place pour son enfant dans les garderies en raison de la bureaucratie qui les rend trop chères. Nous proposons aussi de pouvoir déduire les dépenses liées aux crèches, car elles sont directement liées au revenu. Enfin, 3e point, nous voulons une imposition individuelle pour les femmes, afin d'éviter qu'elles souffrent d'une progression forte et garantir qu'elles puissent conserver le plus possible de leur salaire.

Et les seniors au travail? Comment comptez-vous vous y prendre alors qu'aujourd'hui, on est considéré comme vieux à 50 ans sur le marché?

Il y a un élément-clé sur lequel jouer: les taux des cotisations pour la prévoyance professionnelle qui sont beaucoup trop hauts pour les employés âgés. Même si une personne est super-qualifiée, un employeur hésitera à l'engager pour cette raison. Nous voulons donc diminuer ces taux. En outre, nous sommes en contact permanent avec le monde économique et les employeurs avec qui nous parlons beaucoup. Et nous leur disons: "activez-vous! Il y a là un réservoir de talents!" Et ceux-ci sont souvent d'accord. Certes, il y a des professions où à 60 ans, vous êtes usé, comme dans la construction. Mais ceux qui travaillent dans des bureaux, à la banque ou dans des assurances, sont souvent en pleine forme à cet âge-là.

Est-ce à dire que vous allez dans la foulée militer pour le relèvement de l'âge de la retraite?

C'est une question additionnelle sur le mode de financement de nos assurances sociales à long terme. Personnellement, je crois qu'il est inévitable que l'on travaille plus longtemps si on vit plus longtemps. En outre, s'il y a des métiers où l'on est usé à 60 ans, il y en a de moins en moins aujourd'hui et il y en aura de moins en moins à l'avenir puisqu'on vit toujours plus dans une société de services. Avec des gens qui sont encore en pleine forme à 65 ans et qui ont envie de continuer de travailler, peut-être moins, voire avec moins de salaire aussi.

Vous voulez aussi favoriser le travail flexible. De quelle manière?

Nous voulons surtout l'encourager pour les hommes et les femmes qui désirent garder leur enfant et travailler en même temps. Mais aussi pour les personnes plus âgées qui souhaitent réduire leur engagement professionnel. Mais nous, au PLR, nous ne voulons pas de mesures étatiques. Nous misons sur des initiatives volontaires des entreprises et nous les incitons à utiliser tous les moyens technologiques modernes pour faciliter cette façon de travailler.

(nxp)

Créé: 22.05.2014, 15h34

Articles en relation

Le PLR livre ses recettes pour maintenir la compétitivité

Immigration Le parti libéral-radical a présenté jeudi à la presse les mesures qu'il préconise pour que la Suisse reste parmi les meilleurs en termes de compétitivité. Plus...

Les femmes PLR prêtes à admettre des hommes

Politique Une nouvelle charte définissant les valeurs des femmes PLR a été votée samedi lors de leur assemblée générale à Brugg (AG). Plus...

Philipp Müller: «Nous ne sommes pas les black-block»!

Manifestation pro-Gripen L'action pro-Gripen jeudi des présidents des quatre partis bourgeois (UDC, PLR, PDC et PBD) sur la Place fédérale pourrait ne pas rester sans conséquence: la police municipale du commerce envisage de porter plainte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.