Passer au contenu principal

SuisseLe WWF obtient l'accès aux dossiers de trois pesticides

Le Tribunal administratif fédéral a rejeté trois oppositions à l'autorisation donnée au WWF de consulter les dossiers de mise sur le marché de trois pesticides dans leur intégralité.

Le Tribunal administratif fédéral a dégagé la voie au WWF.
Le Tribunal administratif fédéral a dégagé la voie au WWF.
Keystone

Le Tribunal administratif fédéral confirme le droit du WWF de consulter les dossiers d'autorisation de trois pesticides dans leur intégralité. Il a refusé de faire prévaloir le secret des affaires sur le droit de recours des associations.

En décembre 2018, l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) a invité l'organisation de protection de l'environnement à participer a posteriori à des procédures d'évaluation de pesticides, qui avaient débouché sur des autorisations en mars et novembre 2017. Tenu à l'écart jusque-là, le WWF Suisse obtenait ainsi l'accès aux dossiers.

Trois recours ont été déposés contre les décisions de l'OFAG devant le Tribunal administratif fédéral. Ces procédures visaient en particulier à obtenir que l'une des substances entrant dans la composition des pesticides soit effacée. Voire même que tous les passages faisant allusion à cette substance soient retirés des documents remis au WWF.

Dans trois arrêts publiés mercredi, les juges de Saint-Gall ont rejeté les griefs portant sur la qualité de partie du WWF à la procédure d'autorisation et, partant, sur son droit à consulter les dossiers. Ils ont aussi relevé que la compétence de faire primer le secret des affaires sur le droit de recours des associations appartenait en l'espèce à l'OFAG. Sur ce point, le tribunal n'est donc pas entré en matière.

Arrêt de principe

Ces décisions se fondent sur un arrêt de principe rendu en février 2018 par le Tribunal fédéral. A l'époque, les juges de Mon Repos avaient conclu que le WWF était légitimé à participer à ces procédures d'autorisation en raison du droit de recours des associations.

En 2015, le WWF avait appris sur le site de l'OFAG que ce dernier menait des procédures d'homologation en vue de l'autorisation en Suisse de divers produits phytosanitaires. L'organisation environnementale avait demandé à pouvoir y participer. L'office avait refusé au motif que le droit de recours des associations ne pouvait être exercé que contre des décisions visant un lieu déterminé.

Le Tribunal administratif fédéral avait alors annulé le refus de l'OFAG. Le recours de ce dernier, qui portait sur l'une des substances contestées, n'avait pas non plus abouti devant le Tribunal fédéral en février 2018.

Ces trois arrêts ne sont pas définitifs et peuvent être encore attaqués devant le Tribunal fédéral. (arrêts B_532, 535 et 556/2019 du 25 octobre 2019)

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.