«Nous ne sommes pas des xénophobes»

Initiative EcopopL'initiative «Halte à la surpopulation» lancé par Ecopop devrait aboutir. Membre du comité directeur Sabine Wirth réfute toute tendance xénophobe. Les politiques romands sont partagés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les déclarations de soutien de Franz Weber, l'initiative Ecopop «Halte à la surpopulation – oui à la préservation durable des ressources naturelles» connaît en Suisse romande un regain d'intérêt. Les réactions politiques sont vives et contrastées.

Le délai pour la récolte des 100'000 signatures échoit le 3 novembre. Et Ecopop annonce 90'000 signatures récoltées dont 60'000 validées. Il lui reste deux mois pour le solde. L'optimisme est donc de mise au sein de l’association qui vit une seconde jeunesse: les adhésions continuent d'affluer.

L'occasion de faire le point sur les thèmes de cette initiative qui suscite toujours la polémique. Elle reste suspecte aux yeux de beaucoup qui y sentent un fumet de xénophobie. Membre du comité directeur d'Ecopop et du comité d'initiative «Halte à la surpopulation», Sabine Wirth (57 ans) répond à toutes les critiques. Cette mère de quatre enfants, habitante de Buchberg (SH), était jusqu'en 2011 juge de paix.

24 heures - Vous réfutez que l'initiative d'Ecopop soit xénophobe?

Sabine Wirth: Nous nions avec vigueur être des xénophobes. Malheureusement, le simple fait de s'interroger «quelle est la population idéale de la Suisse?» – en exprimant le constat que nous ne pouvons recevoir tout le monde – fait que beaucoup de gens nous étiquettent comme xénophobes. Pour nous, il est clair que la question de la surpopulation est cruciale. Elle doit être débattue.

24 heures - Historiquement certains de vos membres étaient tout de même proches de milieux nationalistes, hostiles aux étrangers comme James Schwarzenbach?

S.W.: A ma connaissance, vous parlez d’une personne: Valentin Oehen qui faisait partie des membres fondateurs d'Ecopop au début des années septante. Mais quand son action politique a évolué vers le nationalisme au sein des Démocrates suisses, il a quitté notre association. Et Ecopop a pris ses distances avec lui. Et d'autres membres fondateurs de notre association, comme le professeur de l’école polytechnique fédérale de Zurich Theo Ginsburg, étaient aussi des «gauchistes».

24 heures - C'est donc une critique infondée?

S.W.: La préoccupation écologique est ce qui a réuni des personnalités de tous bords. Je ne peux pas répondre pour tous les gens à l'origine du mouvement il y a 40 ans. Mais dans le comité directeur actuel d’Ecopop, il n'y a personne que l'on puisse soupçonner de xénophobie. J'en mets ma main au feu. Ça vaut aussi pour le comité de l'initiative.

24 heures - Votre initiative encourage la planification familiale volontaire dans les pays qui reçoivent l'aide au développement. N'est-ce pas une forme de néocolonialisme?

S.W.: On nous fait souvent ce reproche. Mais l'aide au développement construit des écoles, des hôpitaux et soutien la formation dans ces pays sans qu'on l’accuse de colonialisme. La planification familiale volontaire est aussi une des avancées majeures des sociétés occidentales. Pourquoi devrait-on promouvoir l'un et pas l'autre? D'ailleurs la proclamation de Téhéran lors de la Conférence des droits de l’homme en 1968 dit que les parents ont le droit fondamental de déterminer librement et consciemment la dimension de leur famille et l'échelonnement des naissances.

24 heures - Le contrôle des naissances comme facteur de progrès social?

S.W.: Oui, ce serait d'ailleurs le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté en Afrique. En Suisse aussi dans les années soixante et septante, l'apparition de la pilule contraceptive a permis à beaucoup de familles de vivre mieux. Au lieu d'avoir 6 à 8 enfants, les familles ont choisi d'en avoir deux. Leurs conditions de vie et de prospérité s'en sont trouvées nettement améliorées, c'est un fait. Sans compter que la contraception a facilité et encouragé la formation des femmes.

24 heures - Mais aujourd'hui en Suisse, la natalité est insuffisante pour assurer le renouvellement de la population!

S.W.: J'ai lu qu'on nous accuse de vouloir empêcher les Suisses de faire des enfants, c'est ridicule. Avec un taux de natalité de 1,5 enfant, nous sommes très loin du 2,1 nécessaire au renouvellement. Ceux qui veulent avoir des enfants peuvent donc se réjouir. Il y a de la marge. J'ai moi-même eu quatre enfants mais c'est un choix fait en toute liberté. Ce qui nous préoccupe, c'est le flux migratoire de ces dernières années qui, avec la surnatalité mondiale actuelle, fait que chaque année une population de la taille de la ville de St.-Gall arrive en Suisse.

24 heures - Vous ne dites rien de l'économie qui créé la croissance et fait appel à cette main-d’œuvre?

S.W.: Vous avez raison. Mais notre motivation est avant tout écologique. Nous voulons préserver l'environnement: c’est le cœur de notre action. Nous savons que notre démarche pourrait avoir des conséquences sur l’économie. Il serait aussi temps que l'on parle de croissance en termes de qualité et non seulement en quantité. Ces dernières années, le PIB suisse a augmenté dans l'absolu, mais il est descendu par habitant. C'est inquiétant.

24 heures - Alors combien d'habitants doit compter la Suisse selon vous?

S.W.: Nous en sommes aujourd'hui à 8 millions. Elle peut en contenir encore plus si l'on pense à Londres, Singapour ou Mexico City. Mais veut-on vivre aussi nombreux dans un si petit espace? La vraie question est combien voulons nous être? Idéalement, la Suisse compterait 4 millions d'habitants. Mais il est trop tard. Alors il faut sauver l'espace vital qui peut encore être sauvé.

Créé: 30.08.2012, 11h40

Sabine Wirth

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...