A Zurich, le Musée FIFA est loin du but

SportDéficitaire, l’institution lutte pour sa survie. La fédération de football a vu très grand.

Mille objets et 500 vidéos sont exposés au Musée du football mondial, à Zurich.

Mille objets et 500 vidéos sont exposés au Musée du football mondial, à Zurich. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un bar, un restaurant et une cafétéria: les visiteurs du Musée de la FIFA de Zurich ont l’embarras du choix en cas de petit creux. Il semble pourtant qu’ils n’aient pas grand appétit. Comme le révélait mardi la NZZ, l’institution a décidé de licencier les 36 personnes employées dans son service gastronomique «hautement déficitaire». «Les besoins des visiteurs ont été mal évalués», commente Marc Caprez. Le directeur ad interim le concède, la FIFA a vu grand, trop grand. Et il n’y a pas que l’offre de restauration qui en témoigne.

Inauguré en février 2016, le Musée de la FIFA a inscrit pour sa première année d’exploitation un déficit de 25 millions de francs. La Fédération internationale de football s’imaginait pourtant drainer les foules dans ce temple moderne de 3000 m2 qui a coûté 30 millions de francs. Tablant alors sur une moyenne mensuelle de 22 000 visiteurs par mois, elle doit se contenter de moitié moins.

Cette matinée, ils sont une poignée à déambuler à l’étage inférieur, où sont exposées quelque 1000 pièces à avoir marqué l’histoire de la Coupe du monde. Dans un silence bien loin de l’agitation régnant lors d’un match de foot, ils passent en revue affiches, vidéos, mascottes, maillots de joueurs vedettes et, bien entendu, le (vrai) trophée de la Coupe du monde. Avant de peut-être faire un tour au cinéma ou à la bibliothèque. Au niveau supérieur, l’ambiance est frénétique: une vingtaine d’adolescents se défient à des jeux interactifs.

Pas de fermeture

«22 000 visiteurs par mois, c’était très ambitieux comme objectif. Nous sommes satisfaits de la fréquentation actuelle, qui nous place en troisième position des musées les plus visités de Zurich après le Musée national et le Kunsthaus», assure Marc Caprez. Ce dernier a remplacé le précédent directeur, débarqué en octobre pour «divergences de vues sur le futur du musée». C’est à ce moment-là que les problèmes de l’institution sont apparus au grand jour. «Toutes les options ont été examinées, y compris une fermeture. Mais cette perspective a été rejetée. La FIFA continue de soutenir le projet», rapporte Marc Caprez.

L’objectif est désormais de mettre en œuvre un modèle d’affaires durable. Cela ne veut pas dire qu’il faut compter sur un bénéfice éventuel. «Très peu de musées y parviennent et ce n’est pas notre but. Nous voulons simplement éviter d’énormes déficits.» En lançant le musée, la FIFA savait qu’elle allait essuyer des pertes. Mais elle ne s’attendait pas à cette ampleur. «Le projet a été mal pensé financièrement. Des sommes importantes ont été dépensées inutilement. Et comparé à d’autres musées de même taille, nous avons beaucoup trop d’employés.»

D’ici à juillet, 51 postes équivalents plein-temps auront ainsi été supprimés sur les 106 que comptait le musée l’an dernier. La FIFA cherche un exploitant externe pour reprendre le bar et le restaurant. La nouvelle stratégie prévoit aussi d’organiser plus d’événements, de tisser des liens avec les écoles et des universités pour augmenter le trafic dans la bibliothèque. Marc Caprez pronostique une hausse de la fréquentation à 170 000 visiteurs annuels, contre 132 000 cette année.

Le projet de Sepp Blatter

Le Musée de la FIFA est né sous l’impulsion de Sepp Blatter. Le président déchu de la FIFA rêvait d’en faire un haut-lieu de rencontre pour le foot et ses millions de fans. La réalisation ne susciterait cependant pas l’enthousiasme de son successeur. Selon le Tages-Anzeiger, Gianni Infantino aurait critiqué le projet, alors qu’il essaie de réaliser des économies au sein de l’ensemble de la fédération.

Créé: 18.03.2017, 18h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.