À Zurich, un projet de stade et ses deux tours divisent

FootLe Parlement de la ville se prononce mercredi sur la création d’un nouveau terrain et de gratte-ciel de 137 mètres.

Du haut de leurs 137 m, les deux tours bordant le stade de foot (image de synthèse) supplanteraient la Prime Tower (126 m) comme plus haut gratte-ciel de Zurich.

Du haut de leurs 137 m, les deux tours bordant le stade de foot (image de synthèse) supplanteraient la Prime Tower (126 m) comme plus haut gratte-ciel de Zurich. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le FC Zurich (FCZ) et Grasshopper (GC) se sont offert mardi une pleine page de pub dans des quotidiens zurichois pour marteler ce message: leur ville a besoin d’un «vrai» stade de foot! L’appel des deux clubs phares de Zurich résonnera ce mercredi dans les tribunes du parlement communal, qui doit décider du sort d’un nouveau terrain.

Un «oui» des élus ouvrirait la voie à une votation populaire, cet automne. Les débats s’annoncent animés sur un sujet émotionnel qui préoccupe autorités et population depuis des années. Deux fois déjà depuis 2003, les fans de foot ont dû sécher leurs larmes après les échecs de projets d’installation sportive. La dernière défaite s’est jouée à un cheveu: en 2013, les Zurichois rejetaient à 50,8% un crédit de financement pour un stade.

La Municipalité est repartie au front il y a deux ans. Elle veut bâtir un complexe pour 18 500 spectateurs dans le quartier de Zurich-West, sur le site du Hardturm, où se trouvait le précédent stade, rasé en 2009. Aujourd’hui, FCZ et GC se partagent le terrain et les tribunes du Letzigrund avec d’autres associations sportives et organisateurs de concerts. La nouvelle arène leur serait réservée.

Particularité du projet, il prévoit la construction de 173 logements en coopérative d’habitation et, surtout, de deux tours de 137 m de haut, qui deviendraient les plus hautes de Zurich. Pour enfin pouvoir passer la main, la Municipalité mise sur un argument financier: l’argent du contribuable ne serait pas mis à contribution. Estimés à 570 millions de francs, les coûts doivent être pris en charge par les investisseurs privés Credit Suisse et HRS Investment. En contrepartie, la Ville leur cédera les 55 000 m2 du site qui lui appartiennent.

Clivage gauche-droite

Pas suffisant pour convaincre à gauche. Le PS mène la fronde contre le gouvernement et sa majorité rose-verte avec, en ligne de mire, les deux tours d’habitation. L’argent public n’est pas engagé mais en cédant les terrains, la Commune renonce à des recettes allant jusqu’à 1,7 million par an, critique le PS. Qui fustige aussi les loyers élevés pratiqués dans les gratte-ciel. Il réclame à la place des logements d’utilité publique.

À droite, on fait corps derrière le projet, jugeant le stade actuel peu adapté aux besoins des clubs. Les partis bourgeois sont sensibles aux intérêts économiques du FCZ et de GC, lesquels espèrent pouvoir remplir leurs caisses en prenant en charge la restauration ou en organisant des événements dans «leur» propre stade. Il y va de leur futur, ont-ils clamé dans leur annonce. Mardi, un groupe qui se présente comme «indépendant» et composé de fans zurichois a lancé une pétition de soutien. En une journée, elle avait récolté plus de 4000 signatures.

«C’est le projet de la dernière chance»

«Les deux clubs zurichois sont clairement désavantagés face à la concurrence au Letzigrund. La relégation du FCZ (ndlr: en 2016, pendant une saison) et la crise sportive de GC ne viennent pas de nulle part», affirme un des initiateurs de la pétition.

Mercredi, le nouveau stade du Hardturm devrait selon toute vraisemblance passer la rampe. Aux votes de la droite devraient s’ajouter quelques voies de gauche. Le PS veut permettre au peuple d’avoir le dernier mot. Selon Gabriela Rothenfluh, coprésidente du PS, le projet a peu de chance de passer l’écueil populaire. «Beaucoup d’habitants estiment que Zurich-West accueille déjà assez de tours.» Le président du PLR, Severin Pflüger, pronostique un vote serré face à une constellation de petits groupes de détracteurs, notamment les voisins qui craignent pour leur vue ou des «anticapitalistes». «C’est le projet de la dernière chance», prévient-il. (24 heures)

Créé: 10.07.2018, 22h13

Articles en relation

Zurich-West, royaume postindustriel des tours

La Suisse des quartiers (4/5) Après une mutation spectaculaire, l’ancien cœur historique de l’industrie de la région est devenu un quartier d’affaires tendance. Plus...

Au cœur de Zurich, le plus haut silo de Suisse divise

Urbanisme Culminant à 118 mètres, la tour Swissmill est inaugurée ce week-end. Son esthétique ne fait pas l’unanimité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.