Passer au contenu principal

Musique et plateformes de diffusionLe streaming sauvera-t-il les musiciens romands?

Au plus bas il y a dix ans, le marché suisse du disque a continué sa progression en 2020. Source de 76% des revenus, le streaming confirme sa position hégémonique. Pour de rares musiciens romands di ffusés sur Spotify ou autres Deezer, à l’instar de Kadebostany ou Morse, cette manne commence même à payer.

Comptant pour beurre il y a dix ans face à la chute du CD et la martingale du live, la musique enregistrée retrouve de la valeur commerciale grâce à l’attrait pour le streaming.
Comptant pour beurre il y a dix ans face à la chute du CD et la martingale du live, la musique enregistrée retrouve de la valeur commerciale grâce à l’attrait pour le streaming.
Getty Images

La scène se déroule en février 2014, à Cannes. Grand-messe autrefois fastueuse de l’industrie discographique alors en pleine capilotade, le Midem accueille quatre hommes venus dispenser leurs augures en séminaire, quatre pontes américains d’un secteur économique qui, cette année-là et la suivante, connaîtra le pire exercice de son histoire: depuis dix ans, son chiffre d’affaires a fondu de moitié! Les quatre affichent cependant un sourire radieux.

«Croyez-moi sur parole: nous allons vers des profits tels que nous n’en avons jamais connu», déclare Marc Geiger. Et l’agent de Lady Gaga de continuer. «Il suffit de miser sur le streaming.» Dans l’assistance éparse, sonnée par la chute sans fin du CD et de son économie physique, tous ne sont pas convaincus. Mais il faut toujours écouter les pontes qui sourient.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.