Passer au contenu principal

Moyen-OrientSyrie: sept militaires du régime tués dans une attaque

Une embuscade djihadiste contre un bus a tué sept soldats du régime de Bachar al-Assad et deux civils dans le nord de la Syrie dimanche.

Image d’archive.
Image d’archive.
AFP

Au moins neuf personnes, dont sept militaires du régime syrien, ont été tuées dimanche soir dans une attaque du groupe djihadiste État islamique (EI) contre un bus sur la route reliant Raqa (nord) à la capitale Damas, a rapporté une ONG. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), l’embuscade a également fait deux morts civils ainsi que 16 blessés, dont quatre civils.

L’attaque, la deuxième en son genre en moins d’une semaine, a visé un bus transportant des militaires «et probablement certains de leurs proches» qui les ramenait chez eux, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. L’agence de presse officielle Sana a de son côté indiqué que «neuf civils» avaient été tués et quatre autres blessés dans une «attaque terroriste» contre un bus sur l’autoroute de Raqa.

Citant une source locale, le quotidien prorégime «Al-Watan» a indiqué que des affrontements ont eu lieu dans la foulée de l’attaque entre les djihadistes et les soldats syriens.

L’EI n’a pas revendiqué cette attaque.

Déroute

Le 30 décembre, 39 militaires – dont huit officiers - ont été tués et une dizaine blessés lors d’une embuscade -- revendiquée par l’EI -- tendue à des soldats qui se trouvaient à bord d’un bus dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa mise en déroute en mars 2019 avec la chute de son «califat», l’EI continue de lancer des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le vaste désert de la Badiya qui s’étend de la province centrale de Homs jusqu’à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l’Irak, où les djihadistes sévissent également.

Ces derniers mois, la Badiya a été le théâtre de combats réguliers entre les djihadistes et les forces du régime, appuyées par des frappes aériennes de l’allié russe.

Depuis mars 2019, ces affrontements ont coûté la vie à plus de 1300 soldats syriens et miliciens pro-iraniens, ainsi qu’à plus de 600 djihadistes de l’EI, d’après un bilan de l’OSDH. Le conflit syrien, déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, a fait plus de 387’000 morts et déplacé des millions de personnes.

AFP