Passer au contenu principal

Ville de LausanneTest de récupération des eaux de pluie pour les arbres

Un système de fosses de plantations filtrantes est en cours d'élaboration à Lausanne. But: collecter en partie les eaux de ruissellement pour les nouvelles plantations d’arbres.

Initié lors de réflexions sur l’écoquartier des Plaines-du-Loup, un système de fosses de plantations filtrantes est en cours d'élaboration à Lausanne. Son objectif: gérer une partie des eaux de ruissellement de la ville de Lausanne au bénéfice de nouvelles plantations d’arbres. Un premier test sera prochainement réalisé au chantier de Montoie.

Cette solution novatrice offrira des alternatives économiques non négligeables, permettant la plantation de nombreux arbres, écrit la Ville lundi dans un communiqué. Une partie des eaux de pluie récoltées alimentera leur système racinaire, optimisant leurs conditions de croissance et leurs bénéfices écosystémiques tels que la régulation des températures ou l’ombrage public.

Ce type de fosses de plantations contribuera également à réduire les débits d’eaux claires évacués par les réseaux de canalisations. Enfin, il permettra le stockage du CO2 à long terme.

Poreux et perméables

Le principe repose sur l’adaptation des fosses de plantation actuelles par un système de rétention et d’évacuation d’eau par débit contrôlé. Il consiste à créer un sol riche en matières organiques offrant de meilleures conditions de croissance aux végétaux.

La structure du sol sera composée d’agrégats pierreux complétés de charbon végétal composté. Cette matière a la vertu de rendre le sol arable et d’offrir une porosité et une perméabilité importantes, permettant l’absorption rapide des précipitations dans un premier temps et l’évacuation différée du surplus de volume.

Eprouver le système

Ces nouveaux principes sont intégrés dans la planification de tous les espaces publics du plan partiel d'affectation des Plaines-du-Loup. Une fosse-test sera réalisée au mois d’octobre dans le cadre d’un chantier à l’avenue de Montoie afin d’éprouver et monitorer le système.

L'étude est pilotée par le Service des parcs et domaines de la Ville de Lausanne en collaboration avec le Service de l’eau et la Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (HEPIA). Des cantons et d’autres villes ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt pour le projet.

ATS/NXP