Passer au contenu principal

Critique «The Eddy» cible les puristes en free-jazz

Le réalisateur franco-américain Damien Chazelle ne la joue pas facile à la «La La Land»

André Holland, brillante révélation
André Holland, brillante révélation
DR

Depuis le triomphe oscarisé de «La La Land», le prodigieux Damien Chazelle a conquis la Lune avec «First Man» et pris l’orbite des meilleurs réalisateurs hollywoodiens. Autant dire que ce fan absolu de Jacques Demy époque «Parapluies de Cherbourg» dispose de pas mal de liberté. Le mélomane de 35 ans le montre dans sa première série, «The Eddy». S’il n’a tourné que les deux premiers épisodes, le réalisateur apporte plus qu’une caution de producteur. Ainsi, là où «La La Land» prend souvent des fadeurs addictives de friandise, sa partition affiche des ambitions à la limite de l’arrogance.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.