Passer au contenu principal

Réseaux et toileTikTok, le réseau star du confinement

La plateforme a enregistré un nombre de téléchargements record ces derniers mois. Les adultes et les annonceurs ont rejoint le réseau des adolescents.

La période de confinement aurait permis à l’application chinoise TikTok de passer le cap des 2 milliards de téléchargements sous Android et iOS.
La période de confinement aurait permis à l’application chinoise TikTok de passer le cap des 2 milliards de téléchargements sous Android et iOS.
Keystone/Jens Kalaene (Image d’illustration)

C’est le réseau social incontournable pour beaucoup de confinés ou de déconfinés. L’application de création de courtes vidéos musicales, TikTok, qui appartient au géant chinois ByteDance, était jusque-là prise d’assaut par les préadolescents et les ados. Mais depuis la pandémie de Covid qui a entraîné la mise en confinement à domicile de plusieurs milliards de personnes, son public s’est élargi. Il a, en effet, fallu combattre l’ennui avec les moyens du bord et le téléphone était l’un des choix privilégiés. Certains réseaux sociaux comme Instagram, mais surtout TikTok, ont tiré leur épingle du jeu durant cette quarantaine.

Si lon en croit la société d’analyse de trafic Sensor Tower, cette période a permis à TikTok de passer le cap des 2 milliards de téléchargements sous Android et iOS. Il naura ainsi fallu que cinq mois à TikTok pour passer de 1,5 à 2 milliards de téléchargements (Ci-dessous, le nombre de téléchargements de TikTok par trimestre).

Record de téléchargements

Sur TikTok, on reproduit des chorégraphies, on crée des petites vidéos en play-back sur des chansons ou des extraits sonores connus, on s’essaie à des challenges divers. Et si on ne participe pas, on regarde les autres le faire et on like. Les qualités du réseau social: l’humour, la musique, la viralité et un côté spontané et décontracté qui tranche avec l’aspect (trop) léché d’Instagram et à l’idéalisation d’un quotidien, qui, en confinement, est justement difficilement idéalisable.

Les «vieux» et les stars s’y mettent

De nombreux adultes (et même parents et grands-parents de ticktokeurs) ont récemment débarqué sur TikTok et ont tenté de reproduire la multitude de défis qui émergent chaque semaine, parmi lesquels le #stayathomechallenge, le #pillowchallenge ou encore le #ohnananachallenge, qui ont connu un succès fou.

La plateforme crée ses propres célébrités, comme Loren Gray ou Léa Elui, mais attire désormais aussi des stars, telles que Will Smith, Jennifer Lopez ou encore Christina Milian qui poste des chorégraphies avec sa fille.

Les influenceurs qui se sont fait un nom sur les autres plateformes (Instagram, Twitter, Snapchat, etc.) tentent de ne pas perdre le fil et ont aussi, désormais, un compte sur le réseau musical. Pour preuve, la youtubeuse beauté française Sananas qui a partagé sa version du viral #dontrushchallenge avec ses amis influenceurs. Le principe: elles passent d’un look débraillé jogging-cernes-cheveux sans coupe à une superbe tenue et un maquillage sophistiqué.

L’arrivée sur TikTok des influenceurs n’est pas désintéressée. Ils peuvent ainsi garder contact avec des cibles majoritairement jeunes et se faire rémunérer par des marques pour faire la promotion de produits. Electronic Arts a, par exemple, profité de la pandémie pour lancer le hashtag #JouerAvecLaVie, afin d’inciter les utilisateurs à installer ses Sims 4 en période de confinement. Sponsorisée, Léa Elui, qui totalise 11,5 millions d’abonnés, a ainsi partagé ses looks «façon Sims» dans une vidéo likée plus de 625’000 fois.

De pilier chez Disney à PDG de TikTok

Les adultes se désintéresseront-ils de l’application une fois le confinement loin derrière eux? TikTok s’éloignera-t-il de l’aspect humoristique pour devenir une plateforme utilisée pour aborder également des thèmes sociaux sérieux? Début mai, des jeunes femmes ont dénoncé, via des courtes vidéos sur la plateforme, des agressions sexuelles vécues. Elles montraient les habits qu’elles portaient le jour où elles se sont fait violer ou agresser. Des victimes d’harcèlement moral ont aussi témoigné.

Ce qui est certain, c’est que Kevin Mayer croit dans le potentiel de l’application. Le cadre de Disney et père de la plateforme de streaming Disney+ n’a pas hésité à démissionner de son poste (ndlr: après avoir manqué de devenir le président-directeur général de Disney) pour prendre la tête de TikTok. La nouvelle est tombée le 18 mai et il entrera en poste le 1er juin de cette année. Parmi ses nombreuses missions, l’Américain aura la lourde tâche de tenter de redorer l’image de l’entreprise chinoise, empêtrée dans une polémique qui enfle au sujet des données personnelles de ses utilisateurs, et plus particulièrement des mineurs.