Passer au contenu principal

SuisseTourisme: villes pénalisées, montagnes favorisées

Selon une étude de Credit Suisse, l’été s’annonce maussade pour le tourisme urbain prisé par les visiteurs étrangers. Les cantons où les montagnes suisses dominent devraient eux tirer leur épingle du jeu.

Distanciation sociale et fermeture de frontières tendent à favoriser un tourisme national au vert. (archive)
Distanciation sociale et fermeture de frontières tendent à favoriser un tourisme national au vert. (archive)
KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Les vacances d’été s’annoncent difficiles pour le tourisme urbain, très prisé par les visiteurs étrangers, alors que les cantons où les montagnes suisses dominent devraient pleinement profiter de la clientèle locale, selon une étude du Credit Suisse publiée vendredi.

Confinement et mesures de déconfinement pas toujours très rapides obligent, les Suisses seront en général contraints de passer leurs vacances dans leur pays. L’étude montre que dans leur majorité ils sont attirés par des séjours aux Grisons, en Valais, en Suisse orientale et au Tessin et non par les centres urbains.

Or, les cantons des Alpes suisses sont moins dépendants du tourisme étranger que le tourisme urbain. Ces dernières années, ces cantons constituent de manière croissante des destinations très recherchées par les Helvètes.

Exception à Zurich

Il en ressort que des grands centres urbains comme Genève, Bâle et Berne, très tributaires des touristes étrangers mais boudés par les Suisses, seront confrontés à une période qualifiée de difficile par le Credit Suisse.

Exception notable, la région de Zurich et sa métropole, car elle peut se targuer à la fois de nuitées touristiques et de nuitées d’affaires conséquentes. Ces dernières occupent en effet une place importante dans un pôle économique tel que Zurich, car il attire beaucoup de Suisses pour des séjours de courte durée en raison de son aéroport et de son large éventail d’activités culturelles.

Autre exception, le Tessin, dont l’attrait pour les touristes suisses a certes chuté avec la contagion forte au coronavirus, mais qui devrait repartir à la hausse dès les premiers signes d’apaisement de la maladie.

(ATS/NXP)