Passer au contenu principal

Retour en classe «Tous les enfants sont attendus à l’école»

Lundi 25 mai pour le primaire, lundi 2 juin pour le secondaire I. Les dates de reprise sont maintenues par le Département de Cesla Amarelle.

La Conseillère d'Etat Cesla Amarelle le vendredi 8 mai 2020.
La Conseillère d'Etat Cesla Amarelle le vendredi 8 mai 2020.
Jean-Bernard Sieber

«Au vu de l’évolution positive de l’épidémie, je vous confirme que dès le 25 mai pour le primaire et dès le 2 juin pour le secondaire I, tous les enfants sont attendus à l’école», a annoncé Cesla Amarelle ce mercredi après-midi lors d’un nouveau point de presse des autorités vaudoises. Depuis samedi, les parents reçoivent des lettres pour annoncer que l’école vaudoise maintient donc le cap prévu.

Les syndicats d’enseignants n’ont donc pas été suivis. Ils demandaient notamment que le système des demi-groupes soit maintenu jusqu’à la fin de l’année scolaire. «Nous sommes déçus que les arguments pédagogiques n’aient pas convaincu le Département», réagit Grégory Durand, président de la Société pédagogique vaudoise (SPV). Après un sondage auprès des membres de l’organisation syndicale, 1900 réponses ont été récoltées en trois jours et les principales conclusions sont claires, pour Grégory Durand: «Il ne s’est passé que trois jours et demi d’école pour accueillir les élèves et faire le bilan de l’enseignement à distance. Le système des demi-groupes permettait de mieux cibler les élèves qui avaient décroché. Il aurait fallu plus de temps pour continuer à prendre en charge ces élèves».

Les demi-groupes, une «super expérience»

Pour Julien Eggenberger, enseignant et président du SSP Vaud, le système des demi-groupes a été une «super expérience». Il regrette qu’elle ne puisse pas se poursuivre. «Les décisions ont été prises moins d’une semaine après la rentrée partielle du 11 mai, cela ne semble pas suffisant», estime-t-il. En revanche il salue la simplification des consignes sanitaires. «Il n’y a plus d’inflation de textes, le plan sanitaire sera plus cohérent.»


Les syndicats, en demandant la poursuite des demi-groupes, auraient-ils fait une erreur d’appréciation sur la situation scolaire et sanitaire? «Nous sommes dans une situation évolutive et la balance des intérêts n’est pas évidente à réaliser, répond Cesla Amarelle. Vaud a beaucoup insisté pour une reprise progressive dès le 11 mai. La reprise complète dès le 25 mai était décidée avant le 11 mai. Du point de vue sanitaire, tous les feux sont au vert aujourd’hui. Il est nécessaire que les enfants puissent reprendre le rythme normal de l’école».


Par ailleurs, il n’y aura plus qu’un nettoyage quotidien des locaux et surfaces, au lieu de deux. La désinfection des objets échangés chez les plus petits sera allégée. Les récréations vont aussi se normaliser. Elles se feront en une seule fois et sans séparation. Les écoliers pourront, par exemple, se retrouver pour jouer à la marelle.