Passer au contenu principal

Étrange derby à DorignyTout proche de rafler la mise, le LUC craque et grappille un point

Face à un Chênois instable, l’équipe vaudoise de volleyball a raté le coche. «On s’est arrêté de jouer», peste Prével.

Face au top scorer chênois Brzakovic, Damien Sommer (No 11) et le bloc du LUC ont souvent capitulé.
Face au top scorer chênois Brzakovic, Damien Sommer (No 11) et le bloc du LUC ont souvent capitulé.
Jérôme Schneider/LDD

À l’exception d’Amriswil, qui semble surfer sur la vague, les volleyeurs de LNA sont ballottés par le coronavirus et ses dérangements. De confinement en quarantaine, les volleyeurs peinent à garder le bon cap. Souvent, ils s’enhardissent, puis brusquement dévissent. Et dans le silence des salles vides, pas facile pour eux de trouver l’inspiration qui survolte ou qui sauve. «Mentalement, c’est une période qui n’est pas simple à gérer», commente le Chênois Karim Zerika (ex-LUC) au sortir d’un derby étrange, où les rivaux lémaniques ont rarement synchronisé leur jeu, exploitant plus les faiblesses de l’adversaire que leurs propres ressources pour prendre le dessus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.