Passer au contenu principal

Élections communalesTreize candidats à Perroy pour tenter de calmer le jeu

Les bringues autour de la patinoire ont chahuté le village et généré plusieurs démissions. La course à l’Exécutif est très disputée.

Tous les candidats à la Municipalité de Perroy aimeraient que le climat politique soit apaisé, à l’image de la rue principale du village.
© Georges Meyrat
Tous les candidats à la Municipalité de Perroy aimeraient que le climat politique soit apaisé, à l’image de la rue principale du village.
© Georges Meyrat
VQH

La gestion de la patinoire provisoire a provoqué des bisbilles à Perroy. Les critiques et les tensions ont même entraîné la démission de quatre municipaux, dont celle du syndic François Roch, particulièrement visé. Aujourd’hui, les Perrolans n’ont qu’une envie, retrouver la tranquillité. C’est aussi l’intention déclarée des treize candidats à la Municipalité, inscrits sur cinq listes, deux d’entente, avec chacune cinq postulants, et trois autres avec un seul nom. L’avantage, c’est l’opportunité du choix. Le danger, c’est l’aggravation des différends.

En y regardant de plus près, on observe notamment que les quatre municipaux sortants (il y a un siège vacant) ne se représentent pas tous sur la même liste. Le syndic Didier Haldimann, un des plus virulents contradicteurs au sujet de la gestion du projet de la patinoire, a créé la liste «Perroy dans nos cœurs» de son côté, s’entourant de quatre personnes établies de longue date au village, certaines même depuis leur enfance: Ruth Martin, Jörg Dreier, Jean-Christophe Grivel et Juliette Leprince-Ringuet.

«Nous voulons tourner la page et retrouver la quiétude, assure le syndic. Nous allons changer d’approche, être plus à l’écoute des avis de tous bords, en privilégiant la voie consultative. Nous voulons faire preuve de pragmatisme et de transparence pour faire avancer les projets en cours. Nous aurons aussi une oreille attentive aux opposants, afin de trouver des compromis. Notre atout, c’est d’avoir un groupe très soudé». Ce que confirme Jean-Christophe Grivel: «Nous aurons une bonne collégialité car nous avons un même cap.»

Mêmes objectif, autre chemin

Dans la liste d’Entente 1, on trouve trois municipaux sortants: Renato Tondina, Mathieu Henri et Raphaël Guisan, un ex-municipal, Agrippino Cardello, et François Durafourg. «Nous avons à peu près les mêmes objectifs que les autres candidats, mais nous ne sommes pas nécessairement d’accord sur le chemin à prendre, explique Renato Tondina. Nous voulons aller jusqu’au bout des projets du restaurant de la plage et de l’école, tels qu’ils ont été votés, et nous restons ouverts au dialogue avec ceux qui aimeraient les affiner.»

Restent trois candidats sur trois listes: Hélène Saxer, à Perroy depuis trente-quatre ans, a choisi de partir seule «car je ne veux pas me retrouver dans un nid de guêpes», mais elle se dit prête à travailler avec tout le monde. Michel Francey, municipal démissionnaire à cause des tensions au sein de l’ancien collège, «s’adaptera aux autres élus comme ces élus s’adapteront à lui». Et Julien Gaillard, enfant de Perroy, 35 ans, espère amener du sang neuf pour une harmonie villageoise.