Passer au contenu principal

À l’offensive aux élections de 2021Trois candidats pour la gauche radicale à Vevey

La formation lance Yvan Luccarini, Nana Sjöblom et Gabriela Kämpf dans la course à l’Exécutif, ainsi qu’une liste de plus de 30 candidats pour le Conseil communal.

Dans la course à l’un des sept postes de la Municipalité 2021-2026, Gabriela Kämpf (à g.) et Nana Sjöblom se présentent aux côtés de l’expérimenté Yvan Luccarini.
Dans la course à l’un des sept postes de la Municipalité 2021-2026, Gabriela Kämpf (à g.) et Nana Sjöblom se présentent aux côtés de l’expérimenté Yvan Luccarini.
Sandrine Lagnaz

Décroissance-Alternatives (DA) a le vent en poupe et entend en profiter aux élections générales de 2021. La formation à l’extrême gauche de l’échiquier politique veveysan pourrait également profiter des difficultés des partis traditionnels pour augmenter encore son capital d’élus, tant à l’Exécutif qu’au Conseil communal (où elle compte actuellement quinze membres) avec une liste comptant plus de 30 noms.

Pour ce faire, DA repartira d’Yvan Luccarini, élu le 12 juillet dernier à la Municipalité en remplacement d’Étienne Rivier, dépossédant ainsi le PLR de son seul élu à l’Exécutif. L’édile, 50 ans lundi prochain, pourra compter sur son expérience de conseiller communal depuis 2016 et de député depuis 2017. Père de deux filles et «objecteur de croissance», il est cofondateur du journal romand d’écologie politique «Moins!».

Deux militantes actives

À ses côtés, deux femmes, Nana Sjöblom et Gabriela Kämpf. Celles-ci ont en commun d’être conseillères communales, mères de deux enfants, peu connues du grand public, mais très estimées pour leur engagement au sein de la formation de la gauche radicale.

La première, 46 ans, Finlandaise d’origine, illustratrice indépendante et artiste visuelle, a déjà livré plusieurs batailles de taille avec DA, dont deux référendums gagnants (ceux de l’avenue de Savoie en 2015 et de la Cour aux Marchandises en 2017). Très active dans les milieux culturel et associatif, elle est conseillère communale depuis 2016 moyennant un retrait temporaire pour raisons professionnelles et un retour cet été en remplacement d’Yvan Luccarini.

La seconde, 41 ans, est entrée au Conseil communal en cours de législature. Chargée de projet à la Ville de Lausanne, elle est spécialiste de nature et d’environnement. «J’ai jugé qu’il était temps de prendre mes responsabilités en vue de forger l’avenir des générations futures, et j’aspire à faire le lien entre le terrain et nos institutions.»

«Changer les rapports de force»

Dans son programme, DA veut répondre à «l’urgence climatique et à l’urgence sociale». Entre autres priorités: «la réduction de la pollution», «une meilleure qualité de vie», des aides ciblées à l’économie, au commerce local et aux produits de proximité, et «une ville plus agréable».

Pour porter ses valeurs, DA mise sur un trio habitué à travailler ensemble, «complémentaire», selon Gabriela Kämpf, et «qui s’est constitué organiquement», ajoute Nana Sjöblom.

Selon Yvan Luccarini, DA peut raisonnablement pointer sur deux élus au minimum dans le prochain Exécutif qui passera à sept membres. Plus encore, «nous avons l’ambition de progresser au Conseil communal afin de faire ressortir une majorité de gauche qui puisse soutenir notre politique et changer les rapports de force». La droite est prévenue.

6 commentaires
    Mauer Alain

    La Décroissance Alternative nuit aux développement intelligent et progressiste de la ville de Vevey. Le très regrettable échec du projet de la Cour aux Marchandises, dù à une publicité agressive et omniprésente de DA ( financée par qui ? ) laisse cette friche urbaine dans un état de délabrement lamentable à ce jour. Quel vent mauvais pousse donc DA à vouloir déconstruire l'avenir de Vevey ? Cet échec d'un bon projet a découragé les investisseurs . On veut une croissance intelligente et respectueuse de l'environnement, pas un retour à l'ère pré-industrielle !