Passer au contenu principal

Restaurants à la peineTrois restaurateurs sonnés par les mesures anti-Covid

Nous avons rencontré des tenanciers installés en ville, à la montagne et à la campagne . Pour tous, les nouvelles annonces du Conseil fédéral ont eu l’effet d’une gifle.

Gary Ahlgren, à Lausanne, Jennifer Laubscher et son compagnon, Thierry, à Miécourt (JU), et Nicolas Taillens, à Crans-Montana.
Gary Ahlgren, à Lausanne, Jennifer Laubscher et son compagnon, Thierry, à Miécourt (JU), et Nicolas Taillens, à Crans-Montana.
DR

Fermeture, ouverture, refermeture, réouverture. «De semaine en semaine, on navigue à vue, témoigne Nicolas Taillens, patron du restaurant Le Farinet à Crans-Montana. Toute cette incertitude, c’est très difficile à gérer. Autant pour les commandes des matières premières que pour la gestion du staff. Certains employés n’ont plus travaillé depuis trois mois. Psychologiquement, ça pèse lourd. En Valais, nous sommes tout juste parvenus à écouler la marchandise prévue pour le réveillon. Des langoustines, du homard, des huîtres, ce ne sont pas des produits de tous les jours.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.