Passer au contenu principal

Énergie hydroélectriqueTrop cher, le projet d’usine sur la Veveyse est-il mort-né?

Une copie à 8,5 millions? Beaucoup trop pour les investisseurs. La variante à 6,5 millions? Moyennant des modifications, juge le Canton. Les maigres derniers espoirs reposent sur Vevey.

C’est à la sortie du tunnel des Toveires que devrait prendre place l’usine enterrée du projet hydroélectrique de la Veveyse s’il se réalise un jour. Rien n’est moins sûr.
C’est à la sortie du tunnel des Toveires que devrait prendre place l’usine enterrée du projet hydroélectrique de la Veveyse s’il se réalise un jour. Rien n’est moins sûr.
Chantal Dervey

Le projet d’usine hydroélectrique sur la Veveyse, à la hauteur du tunnel des Toveires, au nord de Gilamont, est-il sur le point de tomber à l’eau après douze ans de travail? Le sort de l’installation qui aurait dû produire annuellement quelque 2 gigawattheures de courant vert, soit l’équivalent de la consommation de 800 ménages, ne tient plus qu’à un fil.

Le problème réside dans le coût du projet. Celui de la variante de 2017 – année de la constitution de la société anonyme Forces Motrices de la Veveyse, de l’obtention d’un permis de turbiner pendant cinquante ans, de l’aval de la Confédération à un tarif de reprise de 21,9 ct./kWh pendant vingt-cinq ans et d’une subvention cantonale de principe de 850’000 fr. – s’élève à 8,5 millions.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.