Passer au contenu principal

Canton du Valais Un campus musical sur les hauts de Sion pour la rentrée 2023

Cinq écoles de musique sont vouées à fusionner sur le site de la Sitterie d’ici à trois ans. Ce pôle d’enseignement et de création réunira quelque 1500 élèves et professeurs.

Les réflexions sur la création d’un pôle musical en Valais remontent à 2014.
Les réflexions sur la création d’un pôle musical en Valais remontent à 2014.
AFP

La Haute Ecole de musique Valais-Wallis, le Conservatoire cantonal, l’Ecole de jazz et musique actuelle, l’Harmonie municipale de Sion et la Fondation Sion Violon Musique seront bientôt regroupés sur un seul site de la capitale valaisanne. Ce campus musical devrait être opérationnel pour la rentrée 2023.

«Ce projet permet de partager une partie des moyens d’enseignement. Et surtout il va créer un véritable lieu d’étude, d’échanges, de concerts pour les quelque 1500 étudiants et professeurs des différentes écoles sédunoises de musique», explique mercredi Philippe Varone, président de Sion, à la presse. Il sera installé à la Sitterie, un site comprenant six bâtiments, occupés pour l’heure par la HES-SO Valais-Wallis qui doit déménager sur le campus Energypolis.

Le conseil général de la Ville a approuvé mardi soir à l’unanimité un crédit d’engagement de 11,7 millions de francs pour leur transformation. La somme permettra la réfection des locaux, la mise en conformité thermique ainsi que sismique et des adaptations accoustique et phonique, détaille Carole Schmid, conseillère municipale en charge des bâtiments et constructions.

Convaincu par le projet, le canton met lui à disposition de la Ville, gratuitement, pour une durée de 50 ans, l’ensemble du site de la Sitterie. Il participe à l’investissement ainsi qu’aux frais et charges de fonctionnement à hauteur de 35% des montants engagés. «Le projet permet à Sion et à toute la région du Valais central de rayonner», relève Christophe Darbellay, président du Conseil d’Etat valaisan.

Cinq institutions...

Les réflexions sur la création d’un pôle musical remontent à 2014, mais depuis trois ans et demi, ce «vieux rêve» s’est précisé. Cinq institutions y prennent part. Et au vu de leurs profils différents, leurs musiciens feront vivre le site chaque jour de l’année, notent encore les protagonistes.

Référence internationale dans l’enseignement des cordes, la Haute Ecole de musique Valais-Wallis (HEMU) propose des bachelors et des masters à des étudiants qui se destinent à une carrière de musiciens professionnels. Le Conservatoire cantonal forme des musiciens, acteurs, danseurs et chanteurs amateurs et donne aussi des cours privés à des jeunes de la région.

L’Ecole de jazz et de musique actuelle (EJMA) forme musiciens amateurs et professionnels ainsi que des enseignants en ces matières. Au programme également: stages avec des musiciens de renommée internationale, concerts, festivals, concours, conférences et animations diverses. L’Harmonie municipale se produit en concerts et participe à de nombreuses manifestations pour lesquelles sa présence est sollicitée, à Sion, en Valais, en Suisse ou à l’étranger. Enfin, la Fondation Sion Violon Musique promeut la musique classique et le violon en particulier à travers divers événements.

... pour des projets innovants

Pour le directeur de l’HEMU, Aurélien d’Andrès, le «potentiel de synergie de ce regroupement est donc extrêmement riche». Il y voit notamment des échanges entre étudiants et professionnels, l’ouverture à plusieurs styles de musique ou encore le moyen d’encourager les jeunes talents valaisans à compléter une partie de leurs études dans le canton.

Une collaboration totale symbolisée par la pièce dite «Black box». Ancienne salle de gym, le local d’environ 330 m2 sera un lieu multifonctionnel, un lieu de représentations et de répétitions pour «des projets interdisciplinaires qui sortent des carcans», souligne Aurélien d’Andrès. On pourrait par exemple y retrouver une coproduction de musiciens de l’EJMA et de danseurs du Conservatoire, illustre-t-il.

L’association Pôle musique, nouvellement créée et qui regroupe tous les occupants du site ainsi qu’un représentant de la Ville est notamment chargée de trouver des fonds privés pour le financement des équipements techniques spécifiques. Ceux-ci ne sont pas pris en charge par les autorités. «La première mission de cet organe sera de concevoir cette «Black box"", souligne le directeur du Conservatoire cantonal Thierry Debons.

ATS/NXP