Passer au contenu principal

Inédit en Suisse romandeUn centre pour la santé physique et mentale des ados

À l’heure où les jeunes sont particulièrement affectés par les conditions sanitaires, une consultation privée interdisciplinaire a été lancée début mars sur la Riviera.

Psychologues, pédiatres ou gynécologues sont désormais regroupés sous la bannière du Centre Ados Riviera.
Psychologues, pédiatres ou gynécologues sont désormais regroupés sous la bannière du Centre Ados Riviera.
DR

Traiter la santé du corps et de l’esprit en un seul lieu. C’est la mission que s’est fixé le Centre Ados Riviera pour simplifier la vie des 12 à 25 ans. Plus besoin de faire des allers-retours entre psychologues, pédiatres ou gynécologues; ils seront désormais tous regroupés sous la même bannière, à quelques pas de la gare de Montreux.

Inédite en Suisse romande, cette consultation interdisciplinaire privée se démarque des services publics du CHUV et des HUG. Formée à la Division interdisciplinaire de santé des adolescents (DISA), la Dre Jennifer Helfer a constaté que pour les jeunes de l’Est vaudois, mais aussi du Valais et de Fribourg, le temps perdu dans les trajets pour se rendre en consultations pouvait être important. «À la croisée des chemins romands, Montreux est devenu le choix tout trouvé pour notre antenne régionale.»

Sa formatrice au CHUV, Anne-Emmanuelle Ambresin, souligne l’aspect bénéfique de ce nouveau service. «L’intérêt des adolescents doit primer. Cet accès aux soins de proximité facilitera leur quotidien. Plus besoin de forcément louper l’école une demi-journée pour aller consulter.» Élaboré en collaboration avec la société spécialisée PraxaMed, ce centre n’est pas envisagé comme un concurrent direct à l’offre publique. «Cela ne fera qu’améliorer le réseau, affirme la médecin-cheffe de la DISA. La réactivité de cette structure privée ne peut être que complémentaire à notre division.»

«Une chape de plomb leur est tombée sur la tête»

Avec plusieurs salles dédiées aux différents types de médecine, le centre propose donc des suivis en santé mentale et physique, ainsi que des analyses sanguines et bactériologiques grâce à son laboratoire. En cette période de pandémie, Anne-Emmanuelle Ambresin a pu observer dans sa division une dégradation de la santé des adolescents ainsi qu’une forte augmentation des demandes de consultations. Cette nouvelle offre interdisciplinaire tombe donc à point nommé. «Beaucoup de jeunes présentent une anxiété marquée en lien avec un manque de perspectives et éprouvent un sentiment d’impuissance totale face à cette situation extraordinaire. Une chape de plomb leur est tombée sur la tête, avec cette incertitude concernant leur avenir.»

La médecin-cheffe relève notamment des phénomènes d’isolement social, d’abus d’écrans, de troubles anorexiques et de surcharge pondérale plus fréquents. «Il est plutôt rare que les jeunes viennent consulter pour des problèmes de santé mentale, concède Jennifer Helfer. Ils ont souvent d’abord des maux de tête ou d’autres inconforts, et ce n’est qu’après analyse approfondie que nous pouvons déceler plus précisément les réelles difficultés. D’où l’intérêt de notre centre. La porte d’entrée pour traiter la santé mentale est bien souvent le corps.»

1 commentaire
    P. Milraux

    Surtout ils ne font plus d'exercice du tout étant toute la journée sur leur portable et le soir aussi. Il faut dire qu'avant que les femmes travaillent elles se promenaient avec leur enfants et le dimanche excursion en famille !

    Tout cela s'est perdu, les enfants et jeunes souvent livrés à eux-mêmes, et donc ce sont les copains et le portable qui font leur vie. Quel dommage.