Passer au contenu principal

Élections communales dans le ChablaisUn élan citoyen inédit secoue Roche

Le village, dont la population a doublé en vingt ans, compte huit candidats à la Municipalité et 70 pour le Conseil communal. Du jamais vu..

Immeubles et villas composent le nouveau quartier du Grand-Cerclet à Roche. Séparé du village par la route cantonale, il a été bâti il y a une dizaine d’années face à l’école et au temple. Environ 800 Rotzérans y résident.
Immeubles et villas composent le nouveau quartier du Grand-Cerclet à Roche. Séparé du village par la route cantonale, il a été bâti il y a une dizaine d’années face à l’école et au temple. Environ 800 Rotzérans y résident.
Chantal Dervey

Roche historiquement peine à trouver des candidats à l’appel de chaque élection communale. Aujourd’hui, les 5 municipaux ne sont que 4 depuis neuf mois à la suite de la démission de Nicolas Rochat. Personne ne s’est présenté à la complémentaire. Pire, les 45 fauteuils du Conseil communal ne sont plus pourvus: seuls 39 sont occupés!

«En cinquante-deux ans de présence au Conseil communal, je n’ai jamais connu ça. Du jamais vu.»

André Gremion, ancien syndic de Roche

Changement de paradigme. La commune, adossée au pied du mont d’Arvel, bordée par l’Eau Froide, vient d’enregistrer un nombre conséquent de candidats. Ils ne sont pas moins de 8, dont une femme, à se lancer à l’assaut de la Municipalité; 70 au parlement. «En cinquante-deux ans de politique à Roche, je n’ai jamais connu ça. Du jamais vu», s’enthousiasme André Gremion, ancien municipal et syndic.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.