Passer au contenu principal

Recueil de nouvellesUn Lausannois décroche le prix du Jeune écrivain

Victor Comte a été distingué pour «Noir», son texte paru dans l’ouvrage du même nom regroupant douze contributions d’auteurs francophones de 15 à 27 ans.

«Noir», du Lausannois Victor Comte, a reçu le premier prix du concours du Jeune écrivain de langue française 2020.
«Noir», du Lausannois Victor Comte, a reçu le premier prix du concours du Jeune écrivain de langue française 2020.
© Wiebke Zollmann.

Victor Comte, Lausannois de 24 ans formé à l’Institut littéraire suisse, a remporté le prix du Jeune écrivain de langue française. Sa nouvelle «Noir» ouvre le recueil «Noir et autres nouvelles» (Buchet-Chastel), rassemblant les contributions des lauréats de l’édition 2020 . «Noir»: on pense polar, thriller, truands. Le récit renvoie surtout à cette part sombre que le héros ne savait pas exister en lui. Cette attirance aussi vive qu’incompréhensible pour cette femme qui le dégoûte.

«Cette fille tatouée dont le sourire «est une pub antitabac à lui seul» a fait de la provocation son rempart. Mais le jeune homme va voir au-delà»

Entre bon garçon et bad boy

Cette fille tatouée, doigts en patte d’araignée, corps osseux, dont le sourire «est une pub antitabac à lui seul» a fait de la provocation son rempart. Mais le jeune homme voit au-delà. S’installe alors chez lui une tension entre le bon garçon qui n’a jamais fumé de sa vie et le bad boy qui se découvre des comportements peu reluisants. Le récit, qui file à l’allure du train dans lequel montent tour à tour les protagonistes, tient en haleine jusqu’à la dernière ligne.

Des récits en français qui parlent du monde entier

Onze autres textes suivent, aux thèmes et styles très divers. Loin de se regarder le nombril, ces frais auteurs, dont la benjamine a 15 ans, frappent juste et touchent le plus souvent. Comme le drame de l’excision mis en scène par Facinet Camara, la mode du blanchiment des peaux noires vue à hauteur d’enfant par Asya Djoulait, mais aussi la guerre d’ici et d’ailleurs, la vie qui prend corps sans avoir été invitée ou, au contraire, qui s’accroche au seuil de la mort.

Récompense annuelle

Chaque année depuis 1984, le prix du Jeune écrivain de langue française distingue des œuvres d’imagination inédites parmi plus d’un millier de manuscrits acheminés à une centaine de comités de lecture répartis dans la francophonie. Un jury d’écrivains et de critiques littéraires procède ensuite à la sélection finale.

Parmi les auteurs suisses déjà récompensés figure Bruno Pellegrino, auteur du multi-auréolé «Là-bas, août est un mois d’automne».