Passer au contenu principal

GenèveUn manifeste pour défendre la démocratie brésilienne

Un mouvement de soutien et de défense des institutions démocratiques brésiliennes a été lancé ce dimanche à Genève par des Brésiliens de Suisse en réponse à la crise sanitaire, sociale et économique que traverse leur pays.

Un mouvement de Brésiliens vivant hors du Brésil a vu le jour à Genève. Ils souhaitent défendre les institutions démocratiques brésiliennes et soutenir leurs compatriotes.
Un mouvement de Brésiliens vivant hors du Brésil a vu le jour à Genève. Ils souhaitent défendre les institutions démocratiques brésiliennes et soutenir leurs compatriotes.
KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Des Brésiliens de Suisse ont lancé dimanche à Genève un mouvement de soutien et de défense des institutions démocratiques brésiliennes. Ils partagent leurs inquiétudes à l’égard de la crise sanitaire, sociale et économique que le Brésil traverse.

Le mouvement appelé «Movimento preserva Brasil» a pour but de construire un large courant d’opinions émanant de Brésiliens vivant hors du Brésil afin de «défendre les institutions démocratiques brésiliennes, de préserver les bases de la Constitution du pays et promouvoir la citoyenneté».

«Au-delà de nos différences ethniques, idéologiques, de croyance et d’appartenance politique, nous voulons contribuer à la préservation et au renforcement des institutions démocratiques brésiliennes», peut-on lire dans le manifeste.

Les activistes ont choisi de lancer ce mouvement à Genève du fait de la présence de l’ONU, d’ONG et de nombreuses autres organisations internationales. Ils espèrent ainsi faire rayonner leur initiative.

«Détérioration du dialogue»

Les signataires du «Manifeste de Genève» font part de leurs inquiétudes pour la situation politique brésilienne et souhaitent manifester leur solidarité avec leurs compatriotes en cette période de crise sanitaire.

Ils dénoncent «les menaces répétées contre la Constitution et les droits fondamentaux» et «la détérioration du dialogue républicain entre les pouvoirs constitués et la société civile».

ATS/NXP