Passer au contenu principal

ÉditorialUn Noël en kit, un Noël universel

J’ai commencé 2020 par parodier Charles Ferdinand Ramuz en me brisant le radius. Ce qui lui avait permis d’écrire en 1931 le brillant «Une main». Je vais la terminer en citant l’écrivain vaudois qui voit dans Noël «un des jours les plus terribles de l’année; l’ennui lourd, les gens atroces, de désœuvrement noir du temps qu’on doit à sa famille». (Ni sapin ni réveillon pour le solitaire Ramuz). Cette fois, je ne suis pas d’accord avec lui. Grâce au Covid.

Cette année, je vais aussi regretter tout ce que mon côté grincheux ne me permettait pas d’aimer dans ces célébrations autour du réveillon. Voir ceux qu’on n’a pas forcément envie de voir; recevoir ce qu’on n’a pas forcément envie de recevoir, manger ce qu’on n’a pas forcément envie de manger, partager ce qu’on n’a pas forcément envie de partager, etc., etc., etc.

«Il reste ceci de déroutant que nous vivons cette pandémie de la façon la plus universelle qui soit, tous ensemble.»

Cet hiver donc, Noël est en pièces détachées. Des petits bouts de célébrations, pour ceux qui ont la chance de pouvoir le faire. Aux journalistes de la rédaction nous avons dû envoyer l’apéro de fin d’année en kit dans un «cornet» de papier. C’est vrai que ce Noël a un côté Père Fouettard, que l’on soit covidosceptique ou pas, que l’on croie à Jésus ou pas. Mais il reste ceci de déroutant que nous vivons cette pandémie de la façon la plus universelle qui soit, tous ensemble.

J’aime aussi le dernier acte professionnel de décembre. Écrire cet édito et envoyer des cartes manuscrites. Geste ancestral et de tradition. Imagé par un cliché magnifique de notre photographe Odile Meylan, fille de paysans, qui a immortalisé deux têtes de veaux pleines de tendresse (Quels vœux pour 2021?). Des racines d’ici pour des ailes, demain. Tous nos vœux, chères lectrices et lecteurs. Et merci de votre précieuse fidélité.

7 commentaires
    Gaston Lagaffe

    Merci pour ces mots ! Et haut les coeurs... 2021 ne peut pas être pire que 2020 ! 2020, c'est juste bon pour les poubelles de l'histoire... parce que qu'a-t-on vu, cette année ? rien de positif : peur irrationnelle, hystérie collective... la face la plus sombre de l'être humain !

    Alors... Joyeux Noël et Bonnes Fêtes de fin d'année à tous !