Passer au contenu principal

Élections générales de mars 2021Un nouveau parti veut bousculer la politique challensoise

Baptisé Échallens Autrement, le mouvement mise sur le débat et l’intelligence collective pour définir les lignes directrices du développement de la capitale du Gros-de-Vaud.

Trois des cinq fondateurs du mouvement Échallens Autrement: (de g. à dr.) Florence Ethenoz, Corinne Farquharson et Patrick Morier-Genoud.
Trois des cinq fondateurs du mouvement Échallens Autrement: (de g. à dr.) Florence Ethenoz, Corinne Farquharson et Patrick Morier-Genoud.
Sylvain Muller

«Mais arrêtez de seulement vous opposer et engagez-vous!» Ce conseil teinté de reproches, les membres de la jeune Association pour la sauvegarde d’Échallens et du comité référendaire contre l’emplacement retenu pour le projet de gymnase l’ont souvent entendu ces derniers mois. Quelques-uns ont donc décidé de saisir la balle au bond et de lancer un nouveau mouvement politique en vue des élections communales générales de mars prochain. Ils l’ont baptisé Échallens Autrement.

«Nous voulons amener quelque chose de différent», expliquent en chœur Florence Ethenoz, Corinne Farquharson et Patrick Morier-Genoud, trois des cinq membres fondateurs. «Lors de la séance du Conseil communal de mai dernier, où a été votée la vente au Canton de la parcelle qui accueillera le gymnase, nous avons été marqués par le peu de débats. Depuis l’introduction du système proportionnel, les discussions se font au sein des groupes et les séances ne sont plus que des caisses d’enregistrement. Notre but est donc de restaurer la discussion pour dynamiser la démocratie.»

Liste d’Entente majoritaire

Présente à différents endroits, la problématique est en effet renforcée à Échallens, à cause d’une situation politique particulière. La capitale du Gros-de-Vaud fait en effet partie de ces quelques communes s’étant vu imposer de force le passage au système proportionnel il y a cinq ans. Et en réaction, les citoyens ont plébiscité la liste d’Entente communale, qui a décroché 43 sièges sur 60 au Conseil communal et la totalité des cinq de la Municipalité. Il n’est donc resté que des miettes pour le groupe Socialistes, Verts et indépendants (onze sièges) et l’UDC (six sièges).

Alors que le PLR essaie à nouveau de monter une liste, Échallens Autrement prend le risque de se lancer sans garantie de succès. «Nous n’avons aucune idée de l’accueil que la population réservera à notre démarche. Mais nous nous sentons poussés par les nombreuses demandes entendues en battant le pavé.» Et tous de bien souligner que ce nouveau mouvement n’est cependant pas une prolongation des causes pour lesquelles ils se sont engagés. «Nous regardons vers l’avant. Qu’on le veuille ou non, Échallens est en train de devenir une petite ville. Nous pensons donc qu’il n’est plus possible de travailler en fonction des opportunités qui se présentent, mais qu’il faut avoir une vision urbanistique globale.»

«Nous sommes prêts à assumer toutes les responsabilités que nous confieront les électeurs challensois.»

Les membres fondateurs du mouvement Échallens Autrement

Pour y parvenir, Échallens Autrement mise sur l’intelligence collective appelée à se manifester au sein d’une future plateforme d’échanges. «C’est pour cela que nous sommes ouverts à toute personne intéressée. Le but n’est pas que l’on soit tous d’accord, mais qu’on arrive à dégager des lignes directrices acceptées par la majorité.» Si l’accueil de la population est favorable, il sera décidé de l’opportunité ou non de présenter un·e candidat·e à la Municipalité, où deux sièges seront vacants. «Nous sommes prêts à assumer toutes les responsabilités que nous confieront les électeurs challensois», assurent les membres du comité.

Contact info@echallens-autrement.ch

5 commentaires
    Virginie_Echallens

    Merci pour cette initiative et bravo pour votre optique positive d’engagement citoyen et votre envie d'inscrire une réflexion urbanistique globale sur le long terme!