Passer au contenu principal

Suisse et ailleursUn réseau de pirates informatiques démantelé

Mardi, les polices de 18 pays ont collaboré pour mettre un terme aux agissements de pirates informatiques qui dévoilaient du contenu numérique de manière illégale.

Le matériel saisi a été détruit.
Le matériel saisi a été détruit.
Police allemande, coréenne, portugaise, espagnole, suédoise et suisse

Un réseau criminel présumé de pirates informatiques enfreignant le droit d’auteur, principalement responsables du piratage de films et de l’hébergement de contenus numériques illégaux dans le monde entier, a été démantelé mardi dans le cadre d’une action entre les autorités américaines et leurs homologues dans 18 pays à travers le monde, avec le soutien d’Eurojust et d’Europol, selon un communiqué.

Plus de 60 serveurs ont été démolis en Amérique du Nord, en Europe et en Asie et plusieurs des principaux suspects ont été arrêtés. L’activité illégale présumée causait des dizaines de millions de dollars de pertes sur une base annuelle, principalement aux industries du cinéma, de la télévision et des industries connexes aux États-Unis.

Raisonnement frauduleux

Sur la base d’allégations contenues dans des documents judiciaires, le groupe du crime organisé (OCG) appelé le «groupe Sparks» démantelé hier était l’un des plus grands responsables de piratage en ligne au monde.

En trompant les distributeurs légaux avec un raisonnement frauduleux, ils ont obtenu des copies légales de disques DVD et Blu-Ray de films à succès, d’émissions de télévision et d’autres contenus avant leur date de sortie, ont compromis leur protection des droits d’auteur, puis ont téléchargé et distribué les copies illégales via serveurs gérés par l’OCG.

Avant sa date de sortie

Le contenu a été rendu disponible avant sa date de sortie au détail et ensuite distribué via des sites Web de streaming, des réseaux peer-to-peer, des réseaux torrent et d’autres serveurs accessibles au public, entraînant ainsi des pertes importantes pour l’industrie de la production cinématographique.

Les serveurs étaient situés dans plusieurs pays du monde, dont la République de Corée, la République tchèque, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Lettonie, la Roumanie, la Pologne, le Portugal, l’Espagne, la Suède, la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège et le Royaume-Uni.

comm/NXP