Passer au contenu principal

SyrieUn soldat tué lors d’une frappe israélienne près de Damas

Une attaque aérienne menée par Tel-Aviv contre une position militaire syrienne a fait un mort et trois blessés selon l’agence de presse étatique syrienne Sana.

Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011. (Photo JALAA MAREY / AFP)
Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011. (Photo JALAA MAREY / AFP)
AFP

Un soldat syrien a été tué et trois autres ont été blessés dans un bombardement israélien qui a visé mercredi une position militaire près de Damas, selon l’agence de presse étatique syrienne Sana, citant une source militaire. «Notre défense aérienne a neutralisé certains des missiles», a-t-elle ajouté.

Mercredi, «l’ennemi israélien a lancé une attaque aérienne, avec des salves de missiles provenant du nord de la Galilée et visant une unité de nos forces de défense aérienne dans la région de Nabi Habeel», a déclaré la source militaire.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG proche des rebelles syriens et basée en Grande-Bretagne, la frappe israélienne a ciblé des positions du Hezbollah libanais et de la défense aérienne syrienne, près de la ville syrienne de Zabadani, proche de la frontière libanaise.

Centaines de frappes israéliennes

L’armée israélienne, qui confirme rarement les détails de ses opérations en Syrie, s’est refusée à confirmer ou infirmer cette information. «Nous ne faisons pas de commentaire sur les comptes rendus des médias étrangers», a dit un porte-parole à l’AFP.

Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011, ciblant les troupes gouvernementales, les forces alliées iraniennes et les combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah.

Le 25 décembre, au moins six combattants soutenus par l’Iran – des paramilitaires non syriens – avaient été tués par une frappe de missiles israéliens sur leurs positions dans la province occidentale de Hama, selon l’OSDH.

ATS/NXP