Passer au contenu principal

Beau livreUn traité didactique et fantasmagorique en hommage aux plantes oubliées

Entre sorcellerie, remèdes, savoir et contes ésotériques, Magali Mottet et sa fille Sara décryptent quelque 120 plantes connues et utilisées depuis le Moyen Âge.

L’onguent à la violette, d’après sainte Hildegarde. Hildegarde von Bingen fut religieuse bénédictine, connue pour son don de voyance et de guérisseuse.
L’onguent à la violette, d’après sainte Hildegarde. Hildegarde von Bingen fut religieuse bénédictine, connue pour son don de voyance et de guérisseuse.
Illustrations: Sara Mottet

«Petit traité des brumes et simples oubliés» vient de sortir de presse. Imaginé il y a plus d’un an, finalisé durant le premier confinement, cet ouvrage inclassable et merveilleux a été réalisé par la jardinière de Bex Magali Mottet pour les textes, et par sa fille Sara, archéologue et historienne médiévale pour les illustrations. «Ce livre, conçu comme un jardin médiéval, peut se découvrir à divers niveaux de conscience: spirituel, physique, ésotérique, etc.», résume Magali Mottet.

La chélidoine. C’est notamment un antispasmodique. De la même famille que le pavot, on dit qu’elle favorise les rêves magiques…
La chélidoine. C’est notamment un antispasmodique. De la même famille que le pavot, on dit qu’elle favorise les rêves magiques…

Le fil de rouge de ce travail titanesque, dû à ces deux «sorcières» contemporaines, est le milieu végétal aux vertus oubliées. Il nous transporte dans des temps très anciens, quand les plantes permettaient de se nourrir, mais aussi et surtout de se soigner. «Les simples sont justement le terme par lequel on qualifiait les plantes médiévales», révèle Sara.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.