Passer au contenu principal

Querelle intestineUne affaire de gros sous ronge la Patrouille des Glaciers

De fortes tensions grèvent l’association privée qui seconde l’armée dans l’organisation de la course. Le Département de la défense a cessé toute collaboration avec cette entité.

L’édition 2022 de la course reliant Zermatt à Verbier ne paraît pas remise en cause par cette affaire mais le malaise est palpable.
Épreuve mythique
L’édition 2022 de la course reliant Zermatt à Verbier ne paraît pas remise en cause par cette affaire mais le malaise est palpable.
VQH

Les 4800 coureurs qui se lancent tous les deux ans sur la mythique Patrouille des Glaciers sont habitués à faire face aux éléments. Mais alors que la prochaine édition de la course de ski-alpinisme reliant Zermatt à Verbier doit avoir lieu en 2022, c’est une tout autre tempête qui s’abat sur l’organisation de la course, pilotée par l’armée.

Pour seconder la grande muette, une association privée fondée en 1990 est chargée de trouver les financements et autres contrats de sponsoring nécessaires. Subventionnée par l’État du Valais et par d’autres collectivités, l’Association de gestion et de promotion de la Patrouille des Glaciers (ASPDG) amène tous les deux ans un montant de plus de deux millions de francs, notamment en sponsoring, qui s’ajoute aux prestations de l’armée. C’est aussi elle, l’ASPDG, qui possède le nom et la marque de la course.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.