Passer au contenu principal

Portrait de Valérie BaeriswylUne Broyarde en Haïti pour le meilleur et pour le pire

Bourlingueuse dans l’âme, Valérie Baeriswyl a quitté sa Broye natale pour s’installer en Haïti, où elle a photographié plus de 60 cérémonies de mariage en cinq ans. Elle en prépare un livre.

Valérie Baeriswyl, photographe de Saint-Aubin (FR), désormais installée en Haïti.
Valérie Baeriswyl, photographe de Saint-Aubin (FR), désormais installée en Haïti.
JEAN-PAUL GUINNARD

Installée depuis cinq ans à Port-au-Prince, elle en est devenue un «Blan Peyi». Cette expression créole désigne un étranger du pays, soit une personne vivant ici depuis suffisamment longtemps pour en maîtriser la langue et les codes. Autant dire qu’elle s’est habituée aux mauvais côtés d’Haïti comme son insécurité, mais qu’elle en vante plus volontiers les bons, tels que la chaleur humaine ou la nourriture. «J’ai beaucoup voyagé sac au dos et je sais qu’on n’a pas besoin de toute l’opulence dans laquelle on vit en Suisse», glisse la photographe broyarde Valérie Baeriswyl.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.