Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Frayeur au-dessus de Guin (FR)Une collision entre un planeur et deux F/A-18 évitée de justesse

La nécessité pour un planeur de disposer d’un transpondeur est rappelée par le Service d’enquête de sécurité. (Photo d’illustration)

Importance du transpondeur

ATS

27 commentaires
Trier:
    Ben Etnuts

    Le SESE fait partie de l’OFAC, et l’OFAC veut imposer des règles exorbitantes pour dissuader les pilotes de loisirs, et réserver le ciel au commercial.

    Ce qu’il faut comprendre c’est que l’armée a un espace aérien règlementé qui lui est dédié (C) au-dessus de 3000m. En dessous, c’est l’espace E où la règle c’est de regarder dehors et d’éviter les autres avions, comme sur la route en fait. La vitesse est limitée à 460 km/h max. Les militaires on décidé de quitter leur espace C pour aller en E, vers 2000m, mais en volant à 700km/h, soit 240 km/h trop vite, et sans regarder dehors…un peu comme une voiture de course qui roule sur un circuit et qui décide de sortir en ville, sans respecter les règles et la vitesse, et qui lorsque à tombeau ouvert elle évite de justesse un conducteur lambda, lui rejette la faute dessus !

    À propos du transpondeur : d’une part il n’est pas obligatoire en espace E, et d’autre part, les transpondeurs militaires sont…invisibles pour les autres…donc pour le planeur…

    Mais c’est vrai qu’en cette période de F-35, il ne faudrait surtout pas que l’aviation militaire soit en tort…