Passer au contenu principal

Finances municipalesUne motion pour geler les investissements aubonnois

Plusieurs conseillers demandent à la Municipalité de calmer le jeu alors que la dette pourrait doubler d’ici à cinq ans.

La commune d’Aubonne doit faire face à une séries d’investissements qui fait nourrir des craintes sur l’état des finances dans la tête de plusieurs conseillers communaux.
La commune d’Aubonne doit faire face à une séries d’investissements qui fait nourrir des craintes sur l’état des finances dans la tête de plusieurs conseillers communaux.
Philippe Maeder

La rénovation des fontaines historiques du bourg, le remplacement des fenêtres de l’annexe du collège, des réfections de chaussées, des travaux de rénovation de l’Hôtel de Ville, la construction d’une nouvelle caserne pour les pompiers… les projets en cours de réalisation ne manquent pas du côté d’Aubonne. À tel point que, lors de la dernière séance de l’organe délibérant, le conseiller Charles Gabella a déposé une motion afin de demander un moratoire sur les dépenses à venir.

«Notre Commune va au-devant d’investissements d’une ampleur sans précédent ces cinq à dix prochaines années et il semble très important aux motionnaires que le Conseil communal puisse avoir l’occasion d’analyser les incidences sur les finances communales et faire des choix politiques en définissant avec la Municipalité les priorités à court, moyen et long termes.»

«Notre Commune va au-devant d’investissements d’une
ampleur sans précédent ces cinq à dix prochaines années»

Charles Gabella, motionnaire

Si la dette communale aubonnoise actuelle s’élève à un peu plus de 29 millions, elle pourrait rapidement prendre l’ascenseur. Une fois les investissements en cours terminés, elle se sera creusée de 10 millions et ce ne serait que le début si l’on en croit l’élu. «Dans le budget 2020, au chapitre des investissements, on peut lire: construction d’une salle de gymnastique double, d’un restaurant scolaire, d’un parking à la piscine. Une réalisation prévue pour 2024 et estimée à 14 millions. Dans le même temps, il faudra reconstruire une salle de gym et de classe au Chêne, pour un coût que j’estime à 5 millions. Faites le calcul, d’ici à cinq ou dix ans, la dette pourrait frôler les 60 millions.»

Projets conséquents

Avec un plafond de 43 millions adopté pour la législature en cours, force est de constater qu’il faudra sans doute le réévaluer pour le prochain exercice. Sans compter que le projet de contournement – dont les premières estimations tournent autour des 40 millions – n’a pas été pris en compte dans ce calcul.

Inquiets pour les finances communales, ce sont treize conseillers qui ont soutenu Charles Gabella dans sa démarche, demandant à l’Exécutif un moratoire avec effet suspensif sur les investissements jusqu’à ce que la Municipalité produise un plan des projets à réaliser jusqu’à la fin de la législature 2021-2026 en fixant les priorités accordées à chaque réalisation.

Une commission a été nommée par le Bureau du Conseil afin de se déterminer sur cette motion.