Passer au contenu principal

Sucre suisse à la peineUne nouvelle calamité s’abat sur les betteraviers

Après le syndrome des basses richesses en 2019, la betterave sucrière est désormais infectée par un puceron. Les rendements s’annoncent encore pires.

Planteur payernois, Pascal Savary croit toujours en une production sucrière du pays. Mais ce n’est pas le cas de tous ses collègues, qui n’ont pas encore retourné leurs contrats pour 2021.
Planteur payernois, Pascal Savary croit toujours en une production sucrière du pays. Mais ce n’est pas le cas de tous ses collègues, qui n’ont pas encore retourné leurs contrats pour 2021.
JEAN-PAUL GUINNARD

Baisse du prix mondial du sucre, problèmes récurrents de transport, syndrome des basses richesses (SBR) l’an dernier et enfin jaunisse virale depuis cet été. Alors que les premières livraisons de betteraves à sucre, dont le quart de la production nationale est cultivé dans le canton de Vaud, affluent cette semaine, les années difficiles se suivent et se ressemblent pour les producteurs. Avec à la clé, des rendements toujours à la baisse, si bien que la filière réclame la réintroduction provisoire de traitements à base de néonicotinoïdes, ce qui ne manque pas d’engendrer des débats politiques (lire encadré).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.