Passer au contenu principal

SciencesUne nouvelle technique révolutionne l’imagerie de l’œil

La technique développée par le CHUV, l’Université de Lausanne et l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin se base sur les récents progrès de l’imagerie par résonance magnétique.

La nouvelle technique va trouver une application clinique dans le domaine de l’ophtalmologie.
La nouvelle technique va trouver une application clinique dans le domaine de l’ophtalmologie.
KEYSTONE

Une nouvelle technique d’imagerie par résonance magnétique permet désormais de prendre des images de l’œil en mouvement et d’analyser simultanément tant ses caractéristiques anatomiques que neurophysiologiques. Elle a été développée par le CHUV, l’Université de Lausanne et l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

Les mouvements oculaires constituent un obstacle majeur à l’imagerie de l’œil, surtout pour les enfants, les personnes âgées ou les patients souffrant de maladies oculaires.

Publiée dans «Progress in Neurobiology», l’étude montre qu’il est possible de prendre des images par résonance magnétique de l’œil en mouvement, ce qui révèle de manière inédite des détails simultanés sur l’œil, sa musculature et ses propriétés oculomotrices, écrit le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) mardi dans un communiqué.

Applications infinies

«C’est la première fois que des scientifiques sont capables d’imager l’œil pendant qu’il se déplace, établissant ainsi un lien entre le comportement et l’anatomie. Cela ouvrira un nouveau domaine de l’IRM ophtalmique, où nous pourrons enfin combiner plusieurs évaluations au cours d’une seule et même séance rapide, explique la Dre Benedetta Franceschiello, premier auteur de la recherche.

«Les applications sont infinies. Elles vont du diagnostic médical aux mécanismes oeil-cerveau», relève celle qui a travaillé sous la direction du Pr. Micah Murray, investigateur principal du projet.

La technique développée est basée sur les récents progrès de l’imagerie par résonance magnétique. Ils permettent de prendre de nombreux clichés d’un objet qui bouge de façon répétée, comme les battements du cœur ou le mouvement de l’œil.

Technique affinée

L’équipe affine actuellement cette technique afin de l’optimiser et de la rendre polyvalente pour une application clinique dans le domaine de l’ophtalmologie. Cette invention représente un tournant non seulement dans la façon dont les spécialistes étudient les yeux, mais aussi dans les neurosciences cognitives.

Soutenue par le Fonds national suisse, l’équipe de recherche est composée de neuroscientifiques, d’ingénieurs, de mathématiciens et d’optométristes, issus des laboratoires de radiologie du CHUV, de l’Université de Lausanne, du Centre d’imagerie biomédicale (CIBM) et de la Fondation Asile des aveugles.

ATS/NXP